RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5.5
(2 votes)
2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…



L'AVIS :

Le réalisateur norvégien Tommy Wirkola s'est fait connaître des amateurs de cinéma fantastique e dès 2009 avec sond élirant "Dead Snow" et ses nazis zombies ! On le retrouve en 2013 aux commandes de "Hansel & Gretel: Witch Hunters" puis en 2014 avec la suite de son film à succès : "Dead Snow 2 : Red vs. Dead". 3 ans plus tard, il revient avec son tout nouveau film, bien éloigné du ton de ses œuvres précédentes. Car "Seven Sisters" est un thriller de science-fiction tout ce qu'il y a de plus sérieux et Tommy Wirkola nous propose ici une dystopie sombre et cruelle, qui se veut à des années lumières des standards comico-fantastiques de ses précédentes réalisations.



Avec des influences provenant du culte "Soleil Vert " de Richard Fleischer, "Seven Sisters" nous plonge dans un monde menacé par une surpopulation qui épuise les ressources de la Terre. De là, la politique de l'enfant unique : tous les autres enfants d'une même famille sont ainsi enlevés à leurs parents et cryogénisés dans l'attente de jours meilleurs. Ce n'est pas le cas de Terrence Settman, qui a réussi à dissimuler l'existence de ses sept jumelles aux autorités et aux membres de cet état dictatorial. Prénommées comme les sept jours de la semaine, Terence Settman a ainsi mis au point une protection optimale pour sa nombreuse progéniture : chacune leur tour, elles ont le droit de sortir une journée dans la semaine, en fonction de leur prénom et ce, afin de leur éviter toute erreur qui leur serait fatale. Les scènes de flash-back, dans lesquelles ont voit ce père de famille, superbement interprété par Willem Dafoe, éduquer ses filles en leur inculquant des règles simples de survie, sont admirables et on reste admiratif devant le travail accompli par l'équipe technique et la petite actrice Clara Read, qui a du interpréter les sept jumelles enfants, en donnant une personnalité différente à chacune. L'effet est totalement réussi.



Un effet reproduit pour les sept jumelles à l'âge adulte. C'est Noomi Rapace (vue dans la saga originale Millenium dans laquelle elle interprétait Lisbeth Salander, mais aussi dans "Prometheus", "Quand vient la nuit" ou" Conspiracy" entre autres) qui s'y colle et l'actrice fait des merveilles dans ce septuple rôle, parvenant à imprégner une identité propre à chacune des sœurs. On imagine le travail en pré-production pour ne pas se planter entre les sept héroïnes et s'y retrouver dans le tournage des scènes ! Un travail qui paye et qui dynamite une oeuvre sincère et passionnée. Car outre la parabole symbolique et l'univers totalitaire que n'aurait pas renié George Orwell, "Seven Sisters" se veut être un thriller nerveux et tonique, ne laissant pas le temps aux spectateurs de s'ennuyer, tout en le questionnant sur la provenance du petit grain de sable qui est venu démanteler toute l'organisation mise au point par le père des jumelles depuis leur enfance. Avec ses scènes d'action percutantes, associées à une réelle empathie du spectateur pour les sept personnages principaux, "Seven Sisters" tire son épingle du jeu, joue avec diverses émotions et réussit haut la main son pari. On vit avec les sept filles Settman, on tremble pour elles, on est triste quand certaines perdent la vie ou renonce à survivre face à leurs poursuivants. La prestation de Noomi Rapace est digne d'éloges, vraiment.



Véritable thriller de science-fiction sous adrénaline, "Seven Sisters" se montre intelligent et nous en donne pour notre argent, malgré un budget qu'on sent limité. Tommy Wirkola n'a pas eu les moyens du dernier blockbuster en date mais sa mise en scène compense largement le manque de budget et il parvient à donner vie à toutes les subtilités de son machiavélique scénario, mettant en avant une technologie futuriste crédible. Avec des révélations chocs (notamment une qui à une force d'impact sur le spectateur aussi puissante que la révélation de "Soleil Vert") et un suspense savamment dosé, "Seven Sisters" est assurément une excellente surprise et mérite d'être découvert séance tenante. Et pour une fois, la publicité accompagnant la sortie du film disait vraie : "vous ne découvrirez jamais la fin !" (même si on la devine quelques minutes avant la mise en avant du pot-aux-roses).