RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Auteur
Stephen King

Editeur
J'ai Lu

Date de sortie
1982

Nombre de pages
256

Langue
Anglais

Couleur




Votre note: -
Moyenne: 6
(1 vote)


Un désert calciné, cruel et aveuglant. Immense. Un lieu réfractaire à la vie. C'est à peine si quelques masures, quelques hameaux subsistent çà et là, écrasés sous ce ciel inerte. Un enfer, implacable.

C'est là, pourtant, que marchent les deux solitaires ; obstinés, portés par un destin qui les dépasse. L'homme en noir d'abord, mystérieux, qui laisse dans son sillage une légende de faiseur de miracles. Et puis le pistolero, économe, laconique, dont lui-même ne sait plus s'il est encore humain. Le premier fuit, le second le poursuit. Il y a si longtemps qu'elle s'est engagée, cette chasse à l'homme, plus de vingt ans certainement. Sans que ni l'un ni l'autre ne sache réellement qui détient les clés de ce jeu mortel. Et si le gibier n'était pas celui qu'on croit ?

CHRONIQUE

Composée de huit romans, édités sur une période de 30 ans, la saga de la Tour sombre est considérée par Stephen King comme la « Jupiter du système solaire de [son] imagination », le pilier central de son œuvre, celui autour duquel gravite l’ensemble de ses écrits, de "Le Fléau" à "Insomnie", de "Salem" à "Shining". A travers plus de 4000 pages, elle nous propose de suivre Roland de Gilead et ses compagnons dans leur quête pour atteindre la fameuse Tour Sombre, dans un univers évoquant autant la fantasy que le western, la science-fiction post-apocalyptique ou l’horreur.

Avec Le Pistolero, premier tome de la saga, King nous présente donc principalement son héros, Roland, évoluant dans un monde particulier, une sorte de far-west post-apocalyptique traversé par un immense désert. Un monde qui rappelle le nôtre, notamment au travers d’éléments de notre culture (une chanson, des ruines familières…), mais qui est peuplé d’étranges créatures et où la magie est présente. Roland est le dernier pistolero de Gilead, un monde aujourd’hui disparu, et poursuit l’Homme en noir (que nous avons déjà rencontré dans Le Fléau) depuis un nombre indéterminable d’années.

Cette première quête, dont l’aboutissement sera le véritable point de départ de la recherche de la Tour Sombre, nous permettra donc de découvrir le pistolero : issu d’un monde disparu, il se distingue par un pragmatisme total, un certain cynisme et un talent incomparable pour jouer de la gâchette. Inspiré du personnage interprété par Clint Eastwood dans Le Bon, la brute et le truand de Sergio Leone, il semble n’avoir aucune faille, et rien ne semble pouvoir l’arrêter pour atteindre son but, pas même la présence de Jake, un jeune garçon issu d’un monde parallèle. On apprendra également quelques éléments concernant la jeunesse de Roland, au temps où il était encore un apprenti pistolero.

La poursuite de l’Homme en noir sera également l’occasion de plonger le récit dans un certain mysticisme, évoquant à mes yeux le El Topo d’Alejandro Jodorowsky, évoquant également dans le final la double confrontation avec Ça dans le roman du même nom. En un chapitre, King répondra à plusieurs questions tout en soulevant de nouvelles interrogations, mettant la suite de la saga en branle en quelques pages. On retrouve d’ailleurs dans Le Pistolero tout le talent de Stephen King pour dessiner ses personnages : Roland est ainsi un formidable héros, aussi humain qu’irréel, et on s’attache rapidement au jeune Jake, si fragile et perdu dans ce monde qui n’est pas le sien. On s’étonnera aussi de dévorer ces passages où il ne se passe pourtant pas grand-chose (la lente traversée du désert) grâce à la fluidité caractéristique de l’auteur, qui n'oubliera pas de nous offrir quelques séquences d'action très réussies.

Premier tome de La Tour Sombre, Le Pistolero constitue donc une excellente introduction à un univers qui nous fascine dès les premières pages et donne envie de découvrir la suite dès le dernier mot lu. Une suite dans laquelle le héros solitaire devra suivre les révélations faites par l’Homme en noir, et découvrir les Trois Cartes.

5/6 - Steeve Raoult