RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Wesley Barry

Scénariste
Jay Simms

Date de sortie
1962

Genre
science-fiction

Tagline


Cast
Don Megowan
Erica Elliott
Frances McCann
Don Doolittle
David Cross


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Edward J. Kay

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3
(1 vote)
Après des explosions nucléaires qui clôturèrent la Troisième Guerre Mondiale, 92% de l'Humanité a disparu. Les survivants ont favorisé la robotique pour reconstruire les villes. Les premiers robots étaient de simples machines mécaniques puis leur évolution les conduisit à devenir des humanoïdes pourvus de nombreuses facultés humaines. Chaque nouvelle génération de robots humanoïdes se rapproche de plus en plus de l'être humain, étant même capable de ressentir des sentiments ou d'avoir des souvenirs. La multiplication des humanoïdes entraînent l'inquiétude chez une poignée de survivants qui crée l'Ordre de la Chair et du Sang et qui désire contrôler les robots afin de ne pas voir l'espèce humaine totalement disparaître. Parmi eux, le capitaine Kenneth Cragis, fervent défenseur de la cause humaine...



Quel curieux film de science-fiction ! C'est un véritable ovni cinématographique des 60's auquel on est convié avec The Creation of the Humanoids de Wesley Barry. Les amateurs de la saga robotique littéraire d'Isaac Asimov ou les fans de Blade Runner seront très certainement comblés avec ce film puisqu'on a clairement affaire à une oeuvre quasi philosophique sur le sujet. Les spectateurs en attente d'une action débridée passeront quant à eux leur chemin car il ne se passe quasiment rien dans ce film à ce niveau. The Creation of the Humanoids est avant tout un film de dialogues et les personnages passent les 80 minutes à discuter de la condition de vie humaine, du rôle des robots dans la société, de leur évolution, de l'augmentation de leur intelligence artificielle, du danger qu'ils peuvent représenter pour les derniers humains encore vivants et qui ne parviennent quasiment plus à se reproduire, avec un taux de natalité de 1,4% seulement. Kenneth Cragis, membre d'une faction de sauvegarde de l'être humain, ne porte pas du tout les robots dans son cœur et ne cesse de les combattre.



Pourtant, point de violence ou d'actes de rébellion de la part des androïdes. Ceux-ci semblent même vouloir vivre plus pacifiquement que les humains eux-mêmes. C'est du moins ce que l'on croit jusqu'à la séquence dans laquelle on va découvrir qu'un scientifique utilise le corps d'humains fraîchement décédés pour transplanter leurs mémoires, leurs souvenirs, leurs personnalité même dans le corps de robots humanoïdes dernière génération. Ces derniers ont atteint une stade d'évolution tellement important qu'ils ne savent même pas qu'ils sont des robots ! Seulement une quinzaine de modèles aussi perfectionnés existeraient sur Terre. Faut-il voir ici un vaste complot de la part des robots pour asseoir définitivement leur suprématie sur l'espèce humaine ? C'est l'une des nombreuses questions que l'on est amené à se poser durant la vision du film. Un film qui traite de thème encore aujourd'hui très actuels, tel le racisme, le métissage, le vivre ensemble. Car si certains humains sont contre les robots, d'autres au contraire vont même jusqu'à s'unir avec eux, pour vivre une passion commune. Evidemment, ces couples "hors normes" provoquent la colère et la haine de Cragis, surtout quand sa propre sœur lui annonce qu'elle vient de s'unir avec un humanoïde ! Le réalisateur et le scénariste nous réservent d'ailleurs un petit twist de derrière les fagots à la fin, twist que j'ai vu à moitié venir mais qui reste bien surprenant en l'état et qui fait preuve d'une belle originalité pour l'époque.



Si on ne peut enlever à The Creation of the Humanoids son approche étonnante ni l'étonnante maturité de son propos (le film n'a rien d'un spectacle de divertissement), reste que son traitement visuel à l'écran pourra rebuter la majorité d'entre-nous. Film à très faible budget, avec des décors futuristes principalement composés de peintures, bénéficiant de jolis maquillages dus à Jack Pierce (Frankenstein, La Fiancée de Frankenstein et j'en passe...), The Creation of the Humanoids est donc terriblement bavard. Certes, les dialogues sont intelligents et vraiment travaillés, avec une portée philosophique certaine. Mais la platitude de la mise en scène, le ton monocorde utilisé par les acteurs pour prononcer les dialogues, le manque total d'événements percutants ou d'action nous conduisent rapidement vers un réel ennui. On a l'impression d'assister à une pièce de théâtre soporifique dans laquelle il n'y aurait aucun rythme. Dommage car encore une fois, les sujets évoqués sont passionnants et traités de manière adulte et perspicace.



La dernière phrase, prononcée par un personnage directement à la caméra, donc à nous, spectateurs, est à ce titre exemplaire et continue de nous questionner après le générique de fin. Vous voilà donc prévenu : The Creation of the Humanoids est à la fois un film étonnant, fascinant mais également terriblement... chiant ! On est franchement partagé entre attraction (des tonnes d'idées et de thématiques nous sont proposées afin d'assurer la survie de l'espèce humaine) et répulsion (lenteur extrême, acteurs anti-charismatiques au possible, mise en scène digne d'un épisode de Derrick...). En tout cas, c'est un film de science-fiction qu'il faut découvrir assurément même si on reste totalement mitigé, indécis au final. Et comme je suis partagé entre deux sentiments, je mets la note moyenne.


Disponible en DVD chez ARTUS FILMS






Du même réalisateur :

LUMIèRE SUR