RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.9
(7 votes)
Nancy surfe en solitaire sur une plage isolée lorsqu’elle est attaquée par un grand requin blanc. Elle se réfugie sur un rocher, hors de portée du squale. Elle a moins de 200 mètres à parcourir à la nage pour être sauvée, mais regagner la terre ferme sera le plus mortel des combats…



Depuis quelques années, les requins font tout, sauf des trucs de requins. Ils se promènent dans des tornades ("Sharknado" et ses suites), copulent avec des pieuvres ("Sharktopus" et ses suites), mesurent plusieurs dizaines de mètres ("Mega Shark contre Giant Octopus"... et ses suites), ou évoluent tranquillement dans le sable ("Sand sharks") ou la neige ("Snow sharks"), quand ils n'ont pas carrément deux ou trois têtes (je vous laisse deviner les titres). Avec "The Shallows", Jaume Collet-Serra semblait vouloir nous offrir un film plus crédible, dans la lignée des "Open water - en eaux profondes" ou "The Reef".



Nancy est une jeune américaine blonde aux mensurations de rêve, venue retrouver une plage paumée où sa mère avait été photographiée lorsqu'elle était enceinte. Mais attention : Nancy n'est pas qu'une bombe. Elle a suivi des études de médecine, s'intéresse à la nature et aux êtres humains (plus que son amie qui préfère se saouler et s'envoyer les autochtones), et a récemment perdu sa mère après une longue lutte contre le cancer. Bref, vous pouvez déjà ranger votre grille de bingo-clichés : ils y sont tous, expédiés en 5 minutes d'exposition avant que le réalisateur d'Esther ne décide de se concentrer sur ce qui nous intéresse le plus : la plastique de Blake Lively.



Filmée sous tous les angles et au ralenti lorsqu'elle se change sur la plage et enfile sa combinaison de surf, l'actrice semble très longtemps être davantage l'héroïne d'un téléfilm érotique basique (allez, on l'appellera The Swallows...) que d'un thriller horrifique avec un requin affamé. D'autant qu'après la partie présentation, après la partie glamour sur la plage, on a droit à une séquence de surf façon MTV, avec musique pop et (encore) des ralentis dans tous les sens. Dire qu'on attend alors impatiemment que le requin vienne s'en prendre à la naïade n'est qu'un euphémisme.



Petit problème : Jaume Collet-Serra ne sait pas vraiment ce qu'il doit faire avec son requin. Il a son idée de base (la jeune femme bloquée sur son ilot et menacée par le squale), mais comment la développer ? Doit-il rester dans un registre réaliste, façon "127 heures", ou dériver vers la série B ? Il va finalement naviguer entre deux eaux, ne choisissant jamais vraiment : d'un côté, il va tenter d'imaginer un comportement cohérent pour son requin et des conséquences crédibles de l'attaque sur l'héroïne, mais va de l'autre nous décrire un monstre qui redoutablement intelligent, gourmand et même rancunier, dont le comportement n'a plus rien d'animal et qui va multiplier les mises à morts de personnages ne participant au film que pour se faire bouffer. Le réalisateur pousse même le vice jusqu'à un inévitable et improbable clin d'oeil aux "Dents de la mer" qui fait finalement basculer le film vers le nanar dans sa dernière partie.

Si vous voulez mater les fesses de Blake Lively, Instinct de survie est fait pour vous. Si vous voulez un film de requin ne sachant jamais sur quel pied danser malgré quelques moments de tension et des effets spéciaux réussis, c'est également pour vous. Si vous n'avez pas envie de slalomer entre les clichés et les ficelles, sans parler des incohérences (c'est quand même un peu idiot, lorsque le ressort principal du film est de savoir quand la marée finira par recouvrir l'ilot, de se planter aussi souvent sur sa taille...), je vous conseillerai plutôt d'éviter le film, qui ne tient finalement aucune de ses promesses...








Du même réalisateur :

MAISON DE CIRE-LA