RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Cliquez pour noter..
En 2021, une invasion extraterrestre a détruit la plupart des grandes villes du Monde. Dix ans plus tard, une équipe de tournage suit une troupe de soldats d’élite jusqu’à l’avant-poste numéro 37. Très vite, les reporters vont comprendre pourquoi cet avant-poste est l’un des plus dangereux de la planète...



Réaliser un film mélangeant deux thématiques telles que la science-fiction et le film de guerre, le tout filmé en vue subjective, était à la base une bonne idée de la part des deux accolytes Jabbar Raisani et Blake Clifton. Quand nous savons par ailleurs que le premier de nos deux hommes précédemment cités était le superviseur des effets spéciaux de "predators" et de "machete" et qu’il a entre autres travaillé au sein des célèbres Stan Winston Studios, cela ne peut que nous aguicher et nous pousser à visualiser ce direct-to-video inconnu du Grand Public et intitulé "outpost 37".

Certes, les found-footages sont devenus légions depuis plusieurs années maintenant (nous en mangeons à toutes les sauces, que ce soit au cinéma, en festival ou tout simplement comme ici en direct-to-video), et une grande partie d’entre eux sont bien loin d’être des réussites en la matière (nous pourrions citer entre autres des "paranormal activity" et autres "grave encounters" ou encore dernièrement le cas du très médiocre "jeruzalem"), mais parfois nous avons étrangement encore envie de laisser une chance à certains (ce fut par exemple le cas récemment du sympathique mais non trancendant "exists" ou du surprenant "le projet atticus"). Alors avons-nous eu tord cette fois-ci ou pas de nous laisser embarquer dans une nouvelle aventure en vue subjective?



Hé bien oui, mal nous en a pris de nous lancer dans cette histoire mêlant science-fiction et guerre. Alors que des "starship troopers", "district 9" et autre "world invasion : battle los angeles" avaient su se faire une petite place dans ce registre assez particulier, ce "outpost 37" ne réussit pas à maintenir le spectateur en haleine.

Le principal défaut du film de Jabbar Raisani réside dans son scénario. En effet, malgré un résumé qui pouvait nous laisser espérer de bien belles perspectives, il faut bien reconnaître que nous avons là un film qui ennuie énormément. Scénario plat et guère intéressant (les quelques péripéties qui surviennent n’apportent pas grand chose à l’histoire si ce n’est les deux-trois rebondissements apparaissant à la fin du film), scènes répétitives en veux-tu en voilà (les conflits armés et les séquences de tirs se suivent et se ressemblent comme deux gouttes d’eau : ça tire à tout va, ça se roule par terre, ça crie, ça gémit... Bref du vu et du revu) sans oublier un final en demi-teinte (alors que ce dernier semblait vouloir aider le film à remonter cette pente très raide sur lequel il glisse depuis le début) : "outpost 37" n’est clairement pas le long-métrage palpitant que l’on essaye de nous vendre sur la jaquette du dvd pourtant vendu en France par le très sérieux Wild Side (certes, l’éditeur n’en est pas à sa première tromperie sur la marchandise mais ce dernier demeure tout de même à ce jour l’un des tous meilleurs au sein du cinéma de genre).



Outre ce scénario bâclé et fort décevant, la galerie de personnages elle-même est peu reluisante. Personnages anecdotiques, bêtes (ils gaspillent les balles dans l’unique but de faire une farce aux petits nouveaux), peu travaillés et surtout trop nombreux, il est bien difficile ici d’accrocher à ce casting. Un soldat est blessé, un autre disparait, un autre encore meurt : peu importe, nous n’avions de toute façon pas eu le temps de les connaître plus que ça... Difficile de s’immerger dans cette histoire dans laquelle nous avons l’impression de n’être que des spectateurs très éloignés malgré cette volonté de vouloir nous en apprendre un peu plus sur chaque soldat par le biais de mini-interviews tout au long du récit (ces interviews défilent beaucoup trop vite pour laisser des traces dans nos mémoires).

L’immersion, parlons-en justement. Found-footage oblige, nous aurons droit à cette réalisation en vue subjective où la caméra virevolte et tremble à multiples reprises, gâchant parfois de nombreuses scènes (même si c’est pour mieux nous immerger dans ces séquences de guerre à répétition dirons-nous...).

Qui dit guerre dit ennemi/menace. Là encore, nous sommes déçus de constater que nos fameux aliens sont sacrément timides. Très peu présents à l’écran (et quand nous les voyons, c’est très furtivement), nos extraterrestres sont par ailleurs peu convaincants d’un point de vue visuel.
Quant aux scènes de bataille, elles ne sont pas vilaines, loin de là, mais sont bien loin d’être révolutionnaires. Un travail simple mais pas laid dirons-nous en ce qui concerne les effets visuels du film.



Au final, ce "outpost 37" n’est en rien le film de guerre extraterrestre attendu. Long, pompeux et très répétitif, rien ne semble vouloir nous emballer dans ce film qui s’avère être une grosse déception en la matière. Heureusement, malgré cependant quelques défauts encore une fois évidents, le final parviendra quelque peu à nous faire relever la tête alors que nous étions en semi-hibernation depuis presque une bonne heure.








Du même réalisateur :

OUTPOST 37 : L'ULTIME ESPOIR