RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Genre
survival horror

Systeme
PS4

Developpeur
Supermassive games

Annee
2015

Votre note: -
Moyenne: 6
(1 vote)


Après la disparition mystérieuse de deux de leurs amies, une bande de copains-copines retournent dans le chalet du drame, l’année suivante, sur demande du frère d’une des victimes afin de se revoir et de rendre hommage aux disparues. Alors qu’ils se retrouvent reclus dans la grande bâtisse, des phénomènes étranges commencent à se manifester et un tueur semble rôder dans les environs en tentant de décimer tout ce petit monde.



L'AVIS :

Ce résumé semble être celui d’un film d’horreur et pourtant il s’agit bien de celui d’un jeu vidéo. Toutefois, la barrière entre les deux genres est très mince puisqu’à l’instar de jeux tels qu’Heavy Rain ou Beyond Two Souls (de l’excellent David Cage), ce Until Dawn ressemble plus à un film interactif qu’à une réelle expérience vidéoludique, le gameplay étant réduit à sa plus simple expression. Pour résumé rapidement, vous déplacerez vos personnages (que vous jouerez à tour de rôle) dans des décors précalculées, comme dans un « Resident Evil » à l’ancienne, lors des phases d’exploration puis le jeu lancera des QTE lors des phases d’actions ou lorsque vous aurez des choix à faire.

Car oui, des choix, vous allez en avoir et des décisions, vous allez être contraint d’en prendre ! Et ces dernieres auront des conséquences importantes sur votre histoire et sur la survie (ou non) de vos personnages. Déjà, il vous faut savoir que la bande d’ami(e)s du jeu est constitué de huit personnages qui pourront tous mourir ou non au cours de l’aventure. Il est donc possible de finir le jeu avec les huit personnages encore vivants ou bien tous morts… Ou juste avec certains. Pour en revenir aux choix, à de multiples reprises, vous vous retrouverez confrontés à des choix cornéliens : Dois-je sacrifier tel ou tel personnage ? Dois-je me couper un doigt pour le sortir d’un piège à loup ou essayer d’ouvrir ce fameux piège ? Dois-je aller secourir mon amie en détresse ou me mettre à l’abri ? Tant de questions qui ponctueront régulièrement le jeu et qui vous angoisseront surtout qu’il n’est jamais possible de deviner (en tous cas, lors de votre première partie) ce qu’il va se passer suite à votre choix. Parfois, une décision héroïque ne sera pas récompensée et cette prise de risque vous coutera la vie.

Mais vos personnages ne peuvent pas seulement mourir par rapport à de mauvais choix mais aussi, si vous échouez lors de certains QTE. Si vous devez secourir un de vos amis et que vous vous trompez trop souvent de touches, vous arriverez trop tard et ce dernier perdra la vie. Si vous jouez dans l’optique de finir le jeu avec tous les personnages encore vivants, vous allez vivre des moments stressants et ce même lors d’une deuxième ou d’une troisième partie. A l’inverse, si vous y allez à la cool sans vous soucier que tous les personnages périssent dans ce jeu de massacre alors l’angoisse sera forcément moins forte mais malgré tout, préparez-vous à sursauter un peu grâce à des créatures flippantes, une mise en scène cinématographique et, il faut bien le dire, quelques jump-scares.



Si le jeu est si immersif, c’est aussi grâce à sa réalisation technique impériale. Graphiquement splendide, le jeu propose des décors digne de la PS4 et des personnages pas photo-réalistes mais presque. Les comédiens qui prêtent leur visage aux personnages (comme Hayden Panettiere ou Peter Stormare) sont facilement reconnaissables et les expressions de terreur sont parfaitement retranscrites. La musique et les bruitages sont eux aussi de qualité et même le doublage français (bien qu’il y ait parfois une légère désynchronisation labiale) est une réussite. Au-delà de la technique, les développeurs ont aussi fait un gros effort sur le scénario. Partant d’un postulat de slasher plutôt classique, il arrive à développer des personnages et des rebondissements excitants que je tairais pour ne pas vous spoiler mais sachez qu’il comprend son lot de surprises macabres ! Toutefois, l’histoire est plus proche d’un film d’horreur mainstream que d’une œuvre underground, malgré tout, ne vous en faites pas, vous allez avoir votre lot de sang et de moments gores et malsains !

Alors, parfait ce « Until Dawn » ? Honnêtement, si vous aimez les jeux du type « Heavy Rain » et les films d’horreur (en même temps, pour les films, vous ne seriez pas sur ce site si ce n’était pas le cas ?), il s’agit quasiment d’un sans-faute et le jeu vous comblera à 100% comme il a pu me combler personnellement. Alors, oui, forcément, le genre à ses limites au niveau de la durée de vie puisqu’après avoir fini le jeu une première fois (en une dizaine d’heure), la rejouabilité dépendra de votre envie (ou non) à découvrir toutes les fins du jeu, à démêler toute l’intrigue et à trouver tous les objets cachés. Une « replay value » forcément un peu limitée pour la plupart des joueurs mais intéressante pour les plus acharnés. Si vous voulez décrocher le trophée platine, comptez entre 40 et 50 heures de jeu.



Au final, « Until Dawn » est une expérience captivante qui vous accrochera à votre manette jusqu’à ce que vous découvriez le fin mot de l’histoire. Techniquement quasi-parfait, doté d’un scénario en béton et d’un système de choix convaincants, il est le jeu idéal pour tous les joueurs qui ont grandi avec les films interactifs tels que « Phantasmagoria », les « Gabriel Knight » ou plus récemment avec les jeux de Quantic Dreams. Pour ceux qui sont allergiques aux QTE et qui veulent un gameplay plus poussé, dans ce cas, vous savez qu’il vous faut allez voir ailleurs ou attendre la version vidéoludique de « Vendredi 13 ». Pour les autres : Bienvenue au chalet !


6/6 - Sylvain Gib



très bien foutu


6

terminé et platiné pour voir toutes les différences en fonction des choix ! Le système est vraiment ingénieux et c'est franchement bien fait ! Je recommande vivement !

LUMIèRE SUR