RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Maike Ude

Scénariste
Maike Ude

Date de sortie
2010

Genre
barbaque et tripailles

Tagline


Cast
Divina Buran
Andrea Mohr
Darkun
Maike Ude
Steffen Fitzke


Pays
Allemagne

Production


Musique
/

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3.7
(6 votes)
Pendant une belle journée ensoleillée, Eva se voit trahie par son petit ami avant de se faire enlever par un inconnu lui faisant subir les pires tourments. Torturée, violée, mise à mort, son esprit n'aura que l'envie d'une soif de vengeance où chacun paiera ses dettes. Il n'y a pas que les personnes innocentes qui ont le droit de vivre un cauchemar...



Splatter allemand très peu connu chez les amateurs, "Abnormis" est le dernier (et certainement le meilleur) film de Maik Ude, réalisateur de la désastreuse trilogie bas de gamme The Butcher faisant passer la trilogie "Violent Shit" pour des chefs d'œuvres, ou encore "Tuberkulose" mauvais film « comico-gore » forgeant notre résistance devant un navet digne de ce nom.

Pour "Abnormis", l’histoire se porte sur une femme enceinte nommée Eva, trahie par son petit-ami et kidnappée par un inconnu lors d’une belle journée ensoleillée. Une histoire d'une grande simplicité, peut-être trop banale mais qui permettra néanmoins de nous pencher sur le gore que fournit le long-métrage.



Commençant directement par jouer la carte du torture-porn, "Abnormis" a la générosité de nous offrir une bonne accumulation de tortures bien gores et sacrément brutales.
Même si le tortionnaire au look improbable nous fait plus ricaner qu’autre chose, ça ne nous empêche pas de savourer les diverses mutilations sur le couple enlevé.
Du gore et du sang en voulez-vous ? En voilà ! On est bien devant un splatter allemand comme on les aime.
Malgré une image un peu granuleuse, les décors glauques d'une vieille cabane rustique collent très bien avec la forme du film underground sorti tout droit d'une cave poussiéreuse.

Bien sûr, on remarque quand même l’amateurisme dans les effets gores bien que certains soient plutôt convaincants.
Le film s’annonce, donc très bon (pour l'amateur typique de splatter allemand) pendant les 40 premières minutes, mais après ça, "Abnormis" tombera dans le surnaturel et dans le n’importe quoi mêlant vengeance d’esprits et slasher gore impitoyable.
Le long-métrage se dégradera au fur et à mesure jusqu'à nous pondre des effets numériques agressifs pour nos yeux sensibles aux CGI certainement dus à un manque de moyens pour finir correctement le long-métrage.



Toujours en restant dans la bonne tripaille, on aura droit toutefois, à de nombreux meurtres ainsi qu’à une ambiance assez glauque et lourde mais pas effrayante pour autant. Dans le genre? "Bone Sickness" et "Fetus" ont fait mieux.
On se contente de rire du jeu d’acteur et du régal que nous offre Maik Ude avec des tortures bien gratinées (notamment ce violent coup de pied dans le ventre de la femme enceinte qui laissera tomber instantanément le fœtus par terre dans une marre de sang).

Le film vaut quand même le coup pour sa brutalité sans pitié, sa générosité et sa volonté d’offrir quelque chose de divertissant pour les amateurs d’éclaboussures.
1h45 est peut-être un peu trop long pour un film de ce genre, surtout quand une vingtaine de minutes en plein milieu du film sont consacrées à une mini enquête lente, ennuyante et peu convaincante.

Ce qui est sûr, c’est que dans "Abnormis", il suffit de suivre l'intérêt qu'il porte et se laisser emporter par la violence efficace et extrême qu'il dévoile sans retenue, même si les effets numériques de fin vous rattraperont et vous offriront un final très faiblard et loin d'être à la hauteur de la première demi-heure du film.



Il suffit, comme pour chaque splatter amateur, de ne pas trop se poser de questions, le but principal restant toujours le même : livrer de la brutalité et du gore excessif avec un assez bon rythme et des scènes violentes efficaces.

Le simple divertissement gore allemand dans la lignée des films de Timo Rose, à voir avec une bonne bière à la main pour un moment de détente. A condition d'être sûr d'apprécier le gore amateur à l'allemande.









Du même réalisateur :

LUMIèRE SUR