RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Auteur
Stephen King

Editeur
J'ai Lu

Date de sortie
1977

Nombre de pages
576

Langue
Français

Couleur
Non



Votre note: -
Moyenne: 5.5
(8 votes)


Shining, c'est Danny, l'enfant médium dont la seule présence réveille les forces maléfiques d'un palace vide et coupé du monde. C'est là qu'un destin cruel a jeté Danny et ses parents. C'est là que le don de l'enfant va faire surgir des monstres, des fantômes, des corps innommables. Le passé du palace maudit envahit le présent... et veut la mort de Danny. Il est seul entre une mère terrorisée et un père devenu fou...

L'AVIS :

Troisième roman de Stephen King, Shining est l'un de ses titres les plus connus depuis que Stanley Kubrick en a fait une adaptation cinématographique en 1980. Une adaptation que n'approuve pas le romancier américain, estimant que Kubrick a dénaturé son livre en ne faisant pas du personnage de Jack Torrance un alcoolique qui sombre peu à peu dans la folie. Hormis celà, et si on enlève les images des flots de sang se déversant des portes d'un ascenseur ainsi que la vision des deux fillettes dans l'hôtel et le remplacement d'un maillet de roque contre une hache, il faut admettre que le film de Kubrick est quand même assez fidèle au roman. Bref, ne rentrons pas dans la polémique et parlons de ce qui nous intéresse ici, le livre de Stephen King.

Un critique avait écrit à l'époque de la sortie du roman qu'il ne se passait absolument rien durant les 250/300 premières pages. Cette affirmation n'est pas totalement infondée mais c'est bien là qu'on voit tout le talent du King car Shining se lit avec une facilité déconcertante, on est littéralement embarqué avec les personnages et on reste prisonnier du roman comme eux le sont dans l'Overlook. Les pages s'enfilent à un rythme soutenu sans que l'ennui ne pointe le bout de son nez alors qu'effectivement, l'action n'est pas le point fort de ce titre. Stephen King s'est vraiment investit dans l'écriture des héros de son livre, en particulier Danny et son papa Jack Torrance. Ce dernier peut d'ailleurs être vu comme Stephen King lui-même, ce dernier n'ayant jamais caché son alcoolisme à une période de sa vie.

Shining nous fait donc vivre la relation familiale entre trois personnages (Jack, Wendy et Danny) devant s'occuper d'un hôtel fermé pour l'hiver et coupé du monde extérieur suite aux chutes de neige. La solitude, l'enfermement vont petit à petit avoir raison de la santé mentale du père, écrivain ex-alcoolique violent qui va voir ses démons intérieurs ressurgir au contact du passé de l'hôtel. Car le gigantesque complexe hôtelier renferme des secrets inavouables : la chambre 217, la suite présidentielle, le bar, autant d'endroits qui ont un passé guère reluisant et qui vont agir sur l'esprit de Jack Torrance comme un étau, le conduisant aux confins de la folie, resistant tant bien que mal à son envie de "reprendre un verre".

Déjà fragilisé par des événements antérieurs, la relation familiale va alors s'éfriter de plus en plus et devenir un véritable cauchemar à vivre pour Wendy et le jeune Danny. C'est avec ce petit enfant de cinq ans que Stephen King fait entrer le fantastique dans les pages de son livre et dans la vie du couple. Danny possède en effet un "Don" : il peut lire dans l'esprit des gens et savoir ce qu'ils pensent, voir des événements passés ou futurs, parler à d'autres personnes qui ont aussi le "Don" sans ouvrir la bouche. Evidemment, dans l'Overlook qui en a vu des vertes et des pas mûres, le "Don" de l'enfant va lui faire voir de vilaines choses, comme l'intérieur de cette étrange chambre 217 par exemple. Danny va également ressentir que l'état de son papa empire de jours en jours. Il prend conscience que sa maman repense au "divorce". Bref, beaucoup de choses à supporter pour d'aussi frêles épaules. L'empathie qu'on éprouve pour Danny est pour beaucoup dans l'appréciation du roman et Stephen King a admirablement décrit ce personnage clé.

Les 200 dernières pages s'emballent et la tension ne cesse de s'accroître, tout comme le rythme du récit. Jack Torrance est totalement sous l'emprise des forces de l'Overlook et n'a plus qu'une idée en tête : faire passer un très sale quart d'heure à sa femme et à son fils. Déambulant tel un chien fou dans les couloirs de l'hôtel, armé d'un maillet, il entend bien leur faire comprendre qui est le patron et à qui on doit le respect. Très à l'aise dans le jeu avec le suspense, Stephen King parsème son oeuvre de séquences chocs qui jouent avec nos nerfs et on en frissonne de plaisir.

N'ayant pas usurpé sa réputation, Shining est hautement recommandable pour tous les fans du romancier et s'avère une oeuvre maîtresse de sa bibliographie.

5/6 - Stéphane Erbisti

Un bijou

Portrait de Steeve Raoult

6

Tout simplement dans mon top 3 de King : addictif dès les premières pages, aussi terrifiant qu'intelligent, je peux le lire et le relire avec un même plaisir !

LUMIèRE SUR