RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Auteur
Damien Maric

Editeur
Overlook Publishing

Date de sortie
2012

Nombre de pages
36

Langue
Français

Couleur
Non



Votre note: -
Moyenne: 5
(1 vote)


Le 30 juillet 1945, l'USS Indianapolis, cuirassé de l'Armée américaine, est torpillé par un sous-marin japonais. Les 900 naufragés vont devoir affronter un ennemi encore plus terrifiant...

Damien Maric nous embarque dans un épisode tragique de l'histoire de la marine américaine, avec, comme fil conducteur, un procès sous tension qui doit déterminer le degré d'implication du capitaine du vaisseau dans le naufrage. Le style de narration, très cinématographique, impressionne de la première à la dernière page. Nous sommes véritablement happés par la maîtrise parfaite du scénario, que ce soit dans les dialogues et dans la progression en flash-back des événements, ainsi que par l'énorme travail de recherche et de documentation nécessaire à l'élaboration de cette BD.

L'auteur passe du procès aux scènes de naufrage avec une facilité déconcertante de fluidité, ce qui permet au lecteur de ne jamais décrocher et de sortir de sa lecture à la fois admiratif et choqué ; le témoignage d'un rescapé nous reste en tête et attise ce sentiment.

Giancarlo Olivares, le dessinateur, a su se mettre au service du scénario avec brio pour un résultat haut de gamme. Son travail réaliste allié au soucis des détails, ainsi que la conception des cases, contribuent pleinement au suspense et à l'action. Le tout met en exergue le côté tragique ; ainsi, la planche 29 qui est pour moi un petit bijou dans sa conception. Pour la résumer : un naufragé dépose délicatement sur les flots le corps sans vie de son compatriote. Le canot de sauvetage s'éloigne et la dernière case présage du pire pour les survivants. Une scène charnière qui fait la transition entre le bruit, la fureur, l'enfer du cuirassé torpillé et le silence d'après naufrage qui annonce le calvaire des marins.

Le noir et blanc qui m'a été proposé sur le support numérique renforce encore plus le côté réaliste et tragique de la situation. Nous ne sommes plus seulement spectateur mais acteur ! On vit l'instant avec l'incendie, l'odeur âpre de la fumée et le goût du mazout qui nous entoure.

Bref, USS Indianapolis est une BD à découvrir séance tenante si vous êtes fan des "Dents de la mer" ou de "Open Water". J'attend avec impatience la suite !

Petite frustration personnelle : le format numérique ne remplacera, pour ma part, jamais l'objet en lui-même, que l'on peut palper, feuilleter, avec cette odeur spécifique qui renvoi inlassablement et avec grand bonheur à ma jeunesse.

Le site de l'éditeur : www.overlook-publishing.com

5/6 - Dan