RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Auteur
Didier Convard

Editeur
Glénat

Date de sortie
2011

Nombre de pages
58

Langue
Français

Couleur
Oui



Votre note: -
Moyenne: 5
(1 vote)


Le cardinal Motelli est retrouvé mort dans son bureau et un jeune homme, Jean Nomane, a été vu par deux étudiants sortir précipitamment de chez Motelli, couvert de sang et tenant un couteau à la main. Ce mystérieux assassinat survient peu de temps après qu'un journaliste ai révélé l'existence d'une organisation secrète du Vatican, surnommée Les Gardiens du Sang. Pour Jean Nomane, expert en génétique, c'est le début d'une course contre la montre pour prouver son innocence et échapper aux tueurs du Vatican...

L'AVIS :

Troisième cycle de la grande saga ésotérique de Didier Convard. Les évènements relatés dans les volumes des Gardiens du Sang se déroulent quelques temps avant ceux racontés dans les sept tomes du "Triangle Secret". "Les Gardiens du Sang" vont donc nous replonger dans le thriller ésotérique de haut vol et nous présenter plus en profondeur cette société secrète financée par le Vatican et constituée de personnes ne reculant devant aucune exaction si tel est le prix du silence.

Ce premier tome, intitulé "Le crâne de Cagliostro", est une petite merveille d'entrée en matière. On est en présence d'un véritable thriller qui va à 100 à l'heure et qui nous présente une histoire encore une fois passionnante. Assassinats, complots, machination diabolique et course poursuite ne nous laisse aucun répit. La seule bouffée d'oxygène viendra lors d'un flashback illustrant la vie de Cagliostro, alchimiste ayant lui aussi approché la science de l'immortalité. Car, comme dans "INRI", c'est bien de l'immortalité qu'il est question ici, et Les Gardiens du Sang entendent bien découvrir le moyen d'y accéder.

Didier Convard n'en fini plus de nous épater et cette mise en bouche introductive dans sa nouvelle saga en est une belle illustration. Concernant le graphisme, on retrouve les dessinateurs ayant oeuvrés sur les deux précédentes sagas. Comme toujours, les dessins ne sont pas d'un niveau très élevés, notamment en ce qui concerne le visage des personnages. Mais les habitués du "Triangle Secret" s'en accommoderont et préféreront ne retenir que le scénario palpitant.

5/6 - Stéphane Erbisti