RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Genre
Combat

Systeme
xbox live arcade

Developpeur
The Behemoth

Annee
2008

Votre note: -
Moyenne: 4.8
(5 votes)


Les quatre filles du Roi ont été enlevés par des voyous. Le roi demande alors à son plus valeureux chevalier de retrouver les mécréants, de les tuer et de lui ramener ses filles...


Pour commencer ce petit aperçu du jeu Castle Crashers, sachez que je n'emploierai pas le parlé médiéval pour vous faire part de mon enthousiasme. Pas de Oyez ! Oyez ! Braves gens.
Parce qu'on est pas là pour se fendre la gueule ! Quoi que... Le principe du jeu est on ne peut plus simple : massacrer des vilains à la pelle. Qu'ils soient chevaliers, archers, ou monstres en tous genres, votre seule raison de jouer sera de les mettre en pièces. Accessoirement il faudra délivrer les quatre filles du roi, enlevées par un sorcier démoniaque. Mais pour être tout à fait franc, ce n'est pas la perspective de rouler une gamelle à une greluche en jupon qui pousse les joueurs à se lancer dans Castle Crasher.



L'engouement provient tout d'abord d'une animation sans faille. Oui, Castle Crashers est un beat'em all[1] en deux dimensions. Que deux ? Oui, mais deux suffisent lorsqu'elles sont aussi habilement apportées. Les personnages son mignons à souhait, et leurs expressions à hurler de rire. L'environnement est toujours vivant, et recèle de clins d'oeil et de nombreuses surprises de mauvais goût. C'est là aussi l'un des points fort du jeu ; le studio The Behemot (composé de deux personnes, qui avaient déjà signé Alien Hominid) aime l'irrévérence, le caca et les grimaces. Grand bien lui fasse. Ainsi au cours de votre périple, vous croiserez de nombreux animaux déversant des hectolitres de matière fécale.



Pour le reste, la progression est très simple, voire simpliste. Ce n'est en rien un point faible, puisque Castle Crashers est un beat'em all, et de la plus belle facture. Quelques aspects "jeux de rôles" viennent compléter le tableau, puisque votre avatar pourra acquérir de la compétence à mesure que les têtes tombent. Vous pourrez ensuite redistribuer ces points d'expérience dans 4 domaines : force, magie, agilité et défense.

6/6 - Colin Vettier



LUMIèRE SUR