RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Auteur
Joël Houssin

Editeur
Fleuve Noir

Date de sortie
1985

Nombre de pages
160

Langue
Français

Couleur
Non



Votre note: -
Moyenne: 3.5
(4 votes)


Bernard n’en peut plus : coincé avec sa femme dans un monstrueux bouchon autoroutier, sous un soleil accablant, avec le radiateur de la voiture qui ne va pas tarder à rendre l’âme, il sent qu’il va bientôt craquer. Par chance, il tombe sur un groupe de vacanciers bien sympathiques qui le remorque jusqu’à l’aire de repos la plus proche. Malheureusement pour le petit groupe, des créatures étranges et avides de chairs humaines attendent dans les bois alentours, tapies dans l’ombre pour mieux frapper…

L'AVIS :

Joël Houssin délaisse donc les univers science-fictionnels avec « L’autoroute du Massacre », cauchemar urbain sur fond de départ en vacances, avec tout ce que cela sous-entend. Des kilomètres de bouchons, des voitures totalement immobilisées, un soleil de plomb, les nerfs qui lâchent. Les nerfs, ce sont ceux de Bernard, le personnage principal. Houssin décrit tellement bien ses pensées et son comportement qu’on comprend le personnage et ce qu’il ressent dans une telle situation. Celui qui s’est déjà retrouvé coincé dans un gigantesque bouchon en plein été s’identifiera très facilement avec Bernard.

En parallèle avec les mésaventures de Bernard, Houssin, à chaque fin de chapitre, nous présente l’univers et la vision de « L’aîné » et du « Cadet ». Deux créatures dont on ne sait pas grand chose, si ce n’est que leur apparence ressemble à un « morceau de chair translucide et frémissante, avec un cou de tortue surmonté d’une tête grotesque ». Les créatures ont également une large bouche munie d’une triple rangées de dents aiguisés, ainsi que de crochets aux bouts de leurs doigts. Et surtout, elles sont dotées d’un féroce appétit, voulant découvrir le goût des « bonnes choses vivantes », à savoir, les humains.

C’est cette mise en parallèle qui rend très sympathique la lecture du livre. En effet, les deux créatures voient sous un autre angle ce qu’on vient de vivre avec Bernard, ou nous font prendre de l’avance sur les humains quand elles tuent un membre du groupe, car nous, nous savons ce qui vient d’arrivé, à la différence du reste du groupe qui s’étonne de ne pas voir revenir leurs amis…

Outre Bernard et sa femme, Houssin nous présente un groupe de vacanciers composé de deux suédois, d’une américaine, et de deux françaises. On sourira à plusieurs reprises quand les pensées de Bernard iront plus vers Sandrine, l’une des jeunes filles françaises, que vers sa femme. Retenu sur une aire de repos, Bernard se liera vite d’amitié avec ses nouveaux amis. Mais bientôt, la disparition de certains partis en forêt va semer le doute et l’inquiétude parmi le groupe. Un tueur serait-il présent dans les bois ? Serait-ce le gros homme qui a tenté de violer la femme de Bernard aux W.C. ? Nos protagonistes ne sont pas aux bouts de leur surprise.

« L’autoroute du Massacre » ne nous présente pas de scènes véritablement gores. Quelques descriptions d’éventrations, de viscères dégoulinants le long de corps nous sont proposées mais dans l’ensemble, on aurait pu s’attendre à plus. Nos deux monstres ont bien un appétit vorace mais manger revient à manger et les scènes de tueries sont souvent semblables quand aux résultats finals.

Malgré ça, le livre se lit d’une traite, est écrit dans un style très abordable et facile à lire. On veut en savoir d’avantage sur ces monstres, d’ou viennent-ils, qui sont-ils ? Et surtout, comment vont faire nos héros pour se sortir de ce cauchemar ? Réponse aux péages de « l’Autoroute du Massacre »…

4/6 - Stéphane Erbisti

J'aime bien la collection

Portrait de gama08

4.02

J'aime bien la collection "Gore", dommage que les histoires soit aussi inégales et qu'il y en ai si peu de qualité. Quant à cette "Autoroute du Massacre", elle tient le haut du panier et fais partie de mes préférés avec "Cache-cache Effroyable" (N°27). Vous allez nous faire toute la collection ? Si c'est le cas, bon courage ! Continuez en tout cas... ;-)

LUMIèRE SUR