RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Genre
Action

Systeme
xbox 360

Developpeur
Rocksteady

Annee
2009

Votre note: -
Moyenne: 5.3
(12 votes)


Ca y est, Batman a récupéré le Joker parti en escapade dans Gotham. Le voilà à présent bien au chaud dans l'asile d'Arkham. Le justicier l'escorte jusqu'à l'entrée des cellules, persuadé que le bouffon prépare un mauvais coup. En effet la némesis de Batman s'est rendue presque sans résister.
Ca ne rate pas, à peine a-t-il passé les portes que le joker se libère de ses entraves. Toutl'asilee s'agite.
C'est que le Joker a préparé une petite fête en l'honneur de Batou. Pour être sûr que le Dark Knight sera de la partie, le clown enlève l'inspecteur Gordon. Un scénario plus ou moins prétexte, mais efficace.


Vous savez ce que c'est une érection d'une douzaine d'heures ? Essayez donc Batman Arkham Asylum, votre caleçon en fera les frais (dans le cas où vous seriez une fille, préparez donc des protèges slips).

Les adaptations vidéo ludiques de franchises sont rarement glorieuses. La plupart du temps, le mot "pitoyable" serait plus approprié. Qu'il s'agisse d'adaptation de films ou de Comics, le joueur se retrouve souvent devant des étrons honteux, dont le seul argument de vente est la franchise en question.
Batman n'a pas échappé à la règle. La chauve-souris a été de nombreuses fois portée sur console et/ou ordinateur, le plus souvent pour le pire. (Batman Forever était tout simplement atroce, la faute a des contrôles hasardeux et un environnement répétitif)
Et puis Batman Arkham Asylum débarque. Dès le début les développeurs montrent leurs bonnes intentions : ils collaborent avec les doubleurs de l'animé. Argument marketing ? Peut-être. Mais le reste est à l'avenant.
Que Batman Arkham Asylum soit la meilleure adaptation de franchise jamais réalisée à ce jour ne fait aucun doute. La barre n'était pas très haute. Qu'il soit l'un des meilleurs jeux proposé par les plate-formes vidéoludiques nouvelle génération, c'est là la vraie surprise. Car soyons clair, ce jeux est un pur chef d'oeuvre. Vous ne contrôlez pas Batman, vous êtes Batman.



Graphiquement, le jeu est au top. Tout est superbement détaillé, relayant une ambiance gothique et malsaine. Bien que l'intégralité du jeu se déroule sur l'île d'Arkham, les environnements proposés sont diablement variés. A vous de les explorer de fond en comble pour en découvrir toute l'essence. Après tout Batman est aussi un détective. Comme Ed Nigma a semé des énigmes partout dans le jeu, plus le joueur fouine, plus il a de chance d'être récompensé.
Bien sûr, le jeu ne se résume pas à cela, loin s'en faut. Le gros du jeu se résume ainsi : Batman écraser poing sur vilain jusqu'à ce que vilain inconscient. Cependant certaines situations nécessiteront une certaine discrétion. C'est là qu'il faudra laisser parler la chauve- souris qui sommeille en vous. Les éliminations silencieuses sont souvent très spectaculaires et donc forcément jouissives (tout particulièrement les éliminations inversées que je vous laisse le soin de découvrir).



Pour casser du vilain le jeu table sur un mode de combat créé spécialement pour l'occasion, le "FreeFlow". A chaque bouton correspond une action, l'astuce étant d'appuyer sur le bon bouton au bon moment pour enchaîner les coups sans interruption. Vous pourrez donc, sauter, frapper, bloquer, lancer un batrang, étourdir... et bien d'autres choses. Ce système de combat s'avère à la fois hautement cinématographique et parfaitement jouissif. Les coups s'enchaînent de façon naturelle et en beauté. La chauve-souris répond au quart de tour, procurant une sensation de contrôle total.

Il serait aisé de disserter des pages et des pages durant sur les innombrables qualités du jeu. Sachez tout simplement qu'il s'agit du plaisir vidéo ludique ultime, et qu'aficionados et béotiens y trouveront leur compte. Difficile de jouer à quoi que ce soit d'autre après avoir goûté à ce Batman Arkham Asylum.
C'est vraiment le “bat-pied” !

6/6 - Colin Vettier



LUMIèRE SUR