RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 6
(1 vote)
Afin de combattre Godzilla, le United Nations Godzilla Countermeasures Center (UNGCC : Centre de défense anti-Godzilla des Nations Unies) est créé. Ils récupèrent les débris métalliques de Mecha-King Ghidorah afin de construire une arme ultime : MechaGodzilla . De son côté, une équipe de scientifiques découvre un œuf gigantesque sur une île du Pacifique, qui semble gardé par le monstre volant Rodan. Ramenant l’œuf au Japon, ils attirent bientôt Godzilla...



Persistant dans son entreprise consistant à faire revivre les collègues monstrueux de Godzilla, la Toho va dans ce nouvel épisode taper fort. Jugez plutôt : ce sont trois alliés et adversaires du monstre atomique qui viennent lui passer le bonjour. Tout d'abord, celui auquel il est fait référence dans le titre : MechaGodzilla. L'alter-ego métallique de Godzilla, est l'une des créatures les plus identifiables du bestiaire créé par la Toho, jusque là apparue dans les deux derniers films de la première partie de la saga : "Godzilla vs MechaGodzilla" et "MechaGodzilla contre attaque", respectivement en 1974 et 1975. Le monstre en acier est ici la nouvelle arme de l'UNGCC, fabriquée à partir des débris métalliques repêchés de Mecha-King Ghidorah. Bien que ce fût sans doute le monstre nécessitant le moins de retouche par rapport à son design d'origine, "MG" a bénéficié de quelques modernisations, le rendant encore plus réaliste, et supprimant notamment les attaques colorées dont le côté kitsch, ancré dans la saga à l'époque, n'est plus d'actualité. Ce relookage ira plus loin lorsque, dans la dernière partie du film, il s'assemblera avec un autre engin anti-Godzilla, le Garuda, pour créer SuperMechaGodzilla (rien que ça !).



Le vétéran "Rodan", apparu dans le film éponyme en 1956, puis plusieurs fois pour affronter ou épauler le Roi des Monstres, revient également. Bénéficiant au maximum des améliorations techniques survenues depuis sa dernière apparition en 1968 dans "Destroy All Monsters", il ressemble de façon bien plus évidente à un ptéranodon, que ce soit au niveau physique qu'au niveau déplacement, puisque son vol se fait dorénavant beaucoup plus souple et libre, moins mécanique que 25 ans plus tôt. Comme les autres créatures revenues du passé, il va également connaître une forme inédite, se transformant en Fire rodan dans le dernier acte, adoptant alors une couleur rouge flamboyante et se voyant doté d'un rayon de chaleur. Enfin, le dernier monstre à revenir du passé est...Minilla ! Somme toute, l'équivalent de Minilla pour être exact. Rebaptisé ici "Baby Godzilla" (il connaîtra trois noms différents pour ses trois apparitions), il ne s'agit, comme expliqué par les scientifiques du film, pas du fils de Godzilla, mais d'un autre Godzillasaure. En fait, on nous explique même que son seul lien de parenté est avec rodan, considéré comme son demi-frère, leurs deux œufs ayant été couvé par la même mère ! Une relation qui sera exploitée pendant le film, rodan cherchant à protéger baby godzilla. On notera tout de même ce détail amusant : baby godzilla, bien que n'étant pas le fils de Godzilla, ressemble bien plus à ce dernier que son propre fils, Minilla!!!



Quatre monstres donc, plus leurs "évolutions" (qui a dit "comme les Pokémons" ?). Nous sommes sur un site d'horreur et de science-fiction monsieur, restez sérieux...même si certains Pokémon ont une filiation évidente avec certains kaijus, mais bref…), plus un appareil volant, forcément, on pouvait s'attendre à de nombreux combats. Et on ne sera absolument pas déçus à ce niveau, le film s'avérant très généreux en affrontements : Godzilla contre rodan, Godzilla contre MechaGodzilla, Fire rodan contre le Garuda, Fire rodan contre Mechagodzilla, Godzilla contre SuperMechaGodzilla, Godzilla et Fire rodan contre SuperMechaGodzilla...Ouf ! Des combats généralement très spectaculaires, et chargés d'émotion lors des derniers affrontements dantesques. Certains y verront sans doute une surenchère un peu naïve, moi j'ai franchement pris mon pied !



D'autant que le scénario, tournant principalement autour du bébé Godzillasaure et de la question récurrente "est-il légitime de tuer Godzilla ?" est assez intéressant pour ne pas laisser le rythme faiblir entre deux apparitions des monstres. Même si, forcément, la présence au premier plan de cette créature gentille et mignonne a pour conséquence quelques scènes un peu plus légères, plus familiales. Dans cette même lignée, les personnages principaux sont de vrais héros, sympathiques, amoureux et courageux. De vrais modèles donc. Ce qui n'empêche pourtant pas le film d'évoquer des thèmes relativement sérieux comme le sacrifice, le respect de la nature (toujours) et de la vie animale. On notera enfin que ce vingtième film a un temps été pressenti pour être le dernier de l'ère Heisei, MechaGodzilla devant à l'origine tuer Godzilla, la force de celui-ci aurait alors été transmise à BabyGodzilla, qui serait ainsi devenu adulte et permis d'envisager une future saga après une pause...Une fin qui sera finalement reprise deux ans plus tard pour "Godzilla vs Destoroyah".

Bref, mêlant de façon très habile de nombreuses scènes de combats à un scénario alternant sérieux et légèreté, ce "godzilla vs mechagodzilla II" (qui aurait dû être réalisé par Ishiro Honda, malheureusement décédé au début de l'année 1993) comble toutes les attentes concernant un kaiju eiga, malgré quelques passages assez naïfs (la chanson pour BabyGodzilla surtout, un cauchemar !), le plaçant ainsi un peu au-dessus de l'ensemble homogène que constitue l'ère Heisei.