RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


LA TRILOGIE HISTOIRES DE FANTOMES CHINOIS ,
un dossier de Jérémie Marchetti et Stephane Erbisti

 

 

HISTOIRES DE FANTÔMES CHINOIS

 

A CHINESE GHOST STORY TRILOGY

1983. Un film venant de Hong-Kong fait sensation parmi les amateurs de films fantastiques, même si le succès n'est guère au rendez-vous en France. Réalisé par Tsui Hark, qui nous avait déjà donné "Butterfly Murders" et "Histoires de Cannibales", "ZU Les Guerriers de la Montagne Magique" gagne rapidement ses galons de film magique, aux images magnifiques et aux effets spéciaux renversants, et surtout à la réalisation complétement folle, survitaminée, bien différente de ce qu'on avait pu voir jusqu'alors. Le Festival du Film Fantastique lui fera les honneurs d'une projection en 1985. Bien des années après, un nouveau film allait faire parler de lui, en termes aussi élogieux, et cela sera bien mérité.

1987. "Histoires de Fantômes Chinois" deviendra l'un des plus importants films fantastiques hong kongais des années 80. Realisé par le chorégraphe Ching Siu-Tung et produit par le célèbre Tsui Hark, ce film éblouissant va donner naissance à une trilogie aussi incroyable qu'indispensable pour tous les fans du genre. Bienvenue parmi les fantômes chinois !

I / CHING SIU-TUNG

 

S'il a eu une carrière de réalisateur intéressante, il a surtout été le chorégraphe des combats sur des films célèbres voire même cultes : "Hero", "Shaolin Soccer", "The Killer", "Le Syndicat du Crime 1 et 2", "L'enfer des Armes"... Comme réalisateur, il a à son actif des films de la même trempe que "Histoire de Fantômes Chinois" : la trilogie "Swordsman", "Terracota Warrior", "Duel of the Death", "L'auberge du Dragon", "Héroïc Trio", "Dr Wai" et "Naked Weapon" en 2002.

II / GHOST KUNG FU COMEDY

  

Sous-genre très prolifique dans les 80-90 à Hong Kong, la "Ghost Kung Fu Comedy" est comme son nom l'indique un mélange de kung fu, de créatures surnaturelles et de comédie. Les trois sagas représentant à merveille ce genre restent bien sur "Histoires de Fantômes Chinois" mais aussi "L'exorciste Chinois" et "Mr Vampire". Des films spectaculaires, tapageurs, riches en effets visuels et bourrés d'idées. D'autres comme "Encounters of the spooky kind", "The Dead and the Deadly" ou "Vampires Strike Back" sont encore inédits en France pour des raisons inexpliquées. Mais "Histoires de Fantômes Chinois" se rattache également au genre très répandu que l'on appelle communément en France le film de sabre ou Wu Xia Pang. Dans ce genre cinématographique, les héros sont confrontés à toutes sortes d'adversaires, humains ou non, et se livrent à des combats de fous furieux, virevoltant dans les airs, lançant des épées qui parcourent des trajets surréalistes, le tout dans des décors de toute beauté. Ce genre très prisé à Hong Kong connut son déclin avec l'arrivée de Bruce Lee qui apporta la touche de réalisme qui n'avait pas lieu d'être dans les Wu Xia Pang. On peut également citer comme influence l'Opéra traditionnel de Pékin, où l'art de se travestir est une dominante primordiale, dominante que l'on retrouve dans le film avec le personnage de Lau Lau, cet être diabolique, monstre féminin incarné ici par un homme. Bref, c'est un spectacle de tous les instants qui attend le spectateur des "Histoires de Fantômes Chinois". Un spectacle merveilleux, fantasmagorique, où les love story se mèlent à des combats titanesques contre des créatures redoutables. Bref, un cinéma différent. Et en ces temps qui courent, où les remakes fleurissent telle la mauvaise herbe, ça ne fait pas de mal !

III / WANG TSU HSIEN : LA BEAUTE DU FANTÔME

 

 

Souvent appelée par son pseudo plus "européen" de Joey Wong (ou Wang), la sublime Wang Tsu Hsien commence sa carrière alors qu'elle est repérée par la Shaw Brothers. Mais aucun rôle ne la fera se démarquer des autres actrices. Remarquée néanmoins par Tsui Hark, elle tournera dans "Working Class" en 85 puis dans l'explosif et violent "The Big Heat" en 86. Repérant une annonce de Tsui Hark qui cherche une actrice pour tenir le premier rôle dans un film fantastique à costumes, Wang n'hésite pas une seconde et se présente au casting. Tout comme le personnage de Ling, Tsui Hark et Ching Siu-Tung craquent littéralement devant la belle Wang, vêtue des drapées que portera le personnage de Lotus. Devant le succès du film, Wang Tsu Hsien devient rapidement une énorme star au pays du soleil levant. Succès mérité mais qui la confronte à un autre problème : tout le monde veut lui faire jouer le rôle d'une femme fantôme ! De nombreux "clones" du film voient le jour et Wang ne fait que refaire et refaire sa composition de Lotus. Elle participe à "Histoires de Fantômes Chinois 2" où sa beauté fera encore des ravages. Mais elle aimerait apporter des changements à son personnage et surtout ne pas être cantonnée qu'aux rôles de fantômes ! Pour "Histoires de Fantômes Chinois 3", elle réussit à imposer sa vision du personnage et développe l'élément érotique, par des décolletés plus vaporeux, des tenues plus sexy. Et ça finit par payer ! On la verra dans des films de style résolument différent comme "City Hunter", adaptation Live du manga Nicky Larson, où elle se démène au côté de Jackie Chan et prouve qu'elle possède d'autres cordes à son arc ! Dans "Swordman 3", elle tient le rôle principal et se bat avec fougue contre de nombreux ennemis. En 93, on tombera à nouveau sous son charme dans le merveilleux "Green Snake" de Tsui Hark, où elle joue au côté de la non moins délicieuse Maggie Cheung. Souhaitons que sa carrière continue ainsi et que ses films arrivent jusqu'à nous.

IV / HISTOIRES DE FANTÔMES CHINOIS

 

Titre original : Sinnui Yauman - 1987
Réalisé par : Ching Siu-Tung.
Scénario : Yuen Kai Chi d'après les histoires de Pu Songling.
Musique : Romeo Diaz & James Wong.
Avec : Leslie Cheung, Wang Tsu Hsien, Ma Wu, Dawei Hu, Jin Jiang, Wai Lam, Siu-Ming Lau, Jing Wong...

L'histoire :

Ling Choi Sin est un petit collecteur d'impôt, naïf et timide, qui a du mal à continuer son chemin . Arrivé dans une petite ville hostile, il se réfugie dans un monastère abandonné : le temple de l'Orchidée. Il y rencontre, non loin de là, une magnifique jeune fille dont il va tomber amoureux. Celle-ci est en fait un fantôme, dirigé par un démon androgyne, Lau Lau, qui veut la marier au seigneur noir. Mais l'amour est trop fort et Ling Choi Sin, aidé par un expert du maniement de l'épée et chasseur de fantômes, décide de la sauver...

Le film :

Tous les ingrédients sont mis en place pour un excellent film qui révolutionna le genre à l'époque. Certes les effets spéciaux ne sont pas aussi spectaculaires aujourd'hui et on a fait mieux en matière de combat par la suite, mais le film est d'une grande splendeur visuelle, le rythme est parfaitement soutenu et l'histoire d'amour impossible est une pure merveille. Rien que la scène du baquet d'eau mérite la vision du film. Sensuel, romantique... Du grand art, sans oublier la beauté de Joey Wong. Moins excessif que ses suites, ce premier volet se permet des visions poétiques ou même dantesques : l'attaque de Lau Lau avec sa longue langue, séquence mémorable parmi tant d'autres, le combat contre le seigneur noir qui cache des têtes coupées voraces et des tentacules sous son manteau, l'attaque des morts-vivants qui se font tuer par Ling (sans qu'il s'en aperçoive)... Bref, ce premier épisode s'impose vraiment de par sa poésie et son originalité. On notera aussi que la comédie n'a pas été oubliée. Alors qu'il arrive au monastère, Ling prend son futur compagnon pour un bandit alors que celui-ci est un grand chasseur de fantômes qui lui sera d'une aide précieuse. On trouvera également un numéro musical, très drôle. Et pleins d'autres petits détails viennent apporter une touche d'humour au film, comme le fait qu'un bout de pain rassis puisse briser une pierre...
Quelques petites longueurs font leur apparition vers le milieu du film mais rien de bien grave. La dernière demi-heure va mettre tout le monde d'accord dans un étonnant maelström d'images et de combats hallucinants qui forcent le respect et l'envie de se plonger dans le cinéma de Hong Kong, très méconnu à cette époque et dont ce film peut se vanter d'avoir ouvert une porte pour le monde occidental.

   

V / HISTOIRES DE FANTÔMES CHINOIS 2

 
Titre original : Sinnui Yauman 2 - 1989
Réalisé par : Ching Siu-Tung.
Scénario : Lau Tai-Mok, Lam Kei-To & Leung Yiu-Ming.
Musique : Romeo Diaz & James Wong.
Avec : Leslie Cheung, Wang Tsu-Hsien, Michelle Lee, Waise Lee, Wu Ma, Jackie Cheung...

L'histoire :

Ling continue son périple après avoir sauvé sa bien aimée Lotus, qui est retournée dans l'au-delà. Mais le pauvre garçon aligne les mésaventures : il tombe dans un village de cannibales, finit en prison parce qu'on le prend pour un voleur recherché, réussit à s'enfuir mais vole accidentellement le cheval d'un guerrier aux pouvoirs magiques heureusement sympathique. Alors qu'ils passent la nuit dans un endroit réputé hanté, ils se font attaquer par un groupe de guerriers. Là encore, ils vont réussir à se faire accepter par le groupe, dont l'une des guerrières ressemble trait pour trait à Lotus. Ling en tombe immédiatement amoureux. Mais les forces du mal vont se déchaîner à nouveau...

Le film :

Suite directe du premier, ce nouveau chapitre est plus basé sur l'action, les effets speciaux et l'humour que sur la poésie qui caractérisait le premier film. On a donc un formidable divertissement, avec un bestiaire de créatures plus étoffé : un gros monstre quasi invincible, des guerriers invisibles, un bouddha pas forcément sympathique, un énorme dragon, une fille possédée. Mais le design de certaines créatures (le dragon et le monstre) laisse à désirer, même si le réalisateur a loué les services de Nick Allder, un Anglais spécialiste du genre, qui avait conçu le serpent géant de "Conan le Barbare". Malheureusement, Allder n'a pu bénéficier d'un budget suffisant pour répondre aux exigeances du producteur. Mais rassurez-vous, ce petit détail ne gâche en rien la vision du film. Ching Siu-Tung ajoute de nouveaux personnages à son récit : exit le moine taoïste du premier film (il fera néanmoins son apparition lors du final) ainsi que le démon Lau Lau. Place ici à un jeune disciple surdoué pour les arts martiaux et qui a la faculté de se déplacer sous terre ! Présent également un chevalier, représentant parfaitement la mythologie du Wu Xia Pang, pourvu d'un éventail composé d'épées sur le dos et qui lance des petits poignards avec une précision chirurgicale. Les forces du Mal sont représentées par Le Grand Prêtre, qui transforme les jeunes femmes en démons rien qu'au son de sa voix. Lui-même pouvant se métamorphoser en créature gigantesque. Le romantisme n'est pas absent du film. Elément qui caractérisait le premier film, on le retrouve dans des séquences sublimes, comme lorsque Ling va retrouver Lotus, qui tourbillone dans le ciel, afin de l'embrasser. La scène où Le Grand Prêtre avance avec son cortège de jeunes filles magnifiques qui lancent des pétales sous ses pieds, le tout filmé au ralenti, est également magique. Même si quelquefois le scénario part dans tous les sens de manière assez étonnante, le spectateur en a pour son argent et on s'amuse également beaucoup (les remarques de Autumn, le quiproquo entre Ling et les 2 sœurs, le combat contre le monstre à cornes...). Une suite efficace, moins poétique que le premier volet, mais plus dynamique, avec des séquences hautes en couleurs et en magie, comme lorsque les personnages volent dans les airs, se tenant en équilibre sur leurs épées ! Du surf nouvelle génération !

   
VI / HISTOIRES DE FANTÔMES CHINOIS 3

 
Titre original : Sinnui Yauman do do do - 1991
Réalisé par : Ching Siu-Tung.
Scénario : Tsui Hark & Roy Szeto.
Musique : Romeo Diaz & James Wong.
Avec : Tony Leung, Wang Tsu-Hsien, Jackie Cheung, Nina Li, Lau Siu-Ming...

L'histoire :

Le démon Lau Lau garde prisonnières trois soeurs fantômes, Lotus, Butterfly et Jade. Celles-ci se chargent d'attirer les humains dans le temple de l'Orchidée afin de les offrir en pature à leur maître. Lotus doit capturer Fong, un jeune moine bouddhiste. Celui-ci est d'abord insensible aux charmes de la belle Lotus mais peu à peu, la séduction opère et Fong tombe amoureux. Ce qui n'est pas pour plaire au Grand Prêtre, le maître de Fong. Mais qu'importe, l'amour est plus fort que tout et Fong décide de libérer Lotus des griffes de Lau Lau, à qui elle est promise en mariage...

Le film :

Autant le dire tout de suite, "Histoires de Fantômes Chinois 3" n'est pas la suite directe du précédent volet mais plutot un remake du premier. On y retrouve le temple de l'Orchidée ainsi que quelques acteurs des précèdents épisodes : Jacky Cheung (qui joue un role pratiquement similaire de celui qu'il jouait dans le film original) et la belle Wang Tsu Hsien (qui joue elle aussi un role assez similaire de celui qu'elle avait dans le 1). Mais le traitement du film est bien différent des autres aventures. Adieu la poésie et le romantisme (pas complétement quand même !) et bonjour le gore et l'érotisme ! Pour le gore, il faut se rappeler que dans le premier film, les jolies fantômes vidaient leurs victimes jusqu'à les dessécher. Cette fois leurs cheveux deviennent plus long et s'abattent sur la victime pour l'étouffer et une langue démesurée rentre dans le corps de l'individu pour ressortir à un endroit opportun ce qui fait gicler du sang un peu partout. La scène de la piscine, où on voit des brigands se faire tuer de cette façon est très impressionnante. Pour l'érotisme rien de grave, mais des tenues plus légères, des scènes de séduction plus longues et surtout, des rapports particuliers entre Lotus et sa soeur qui font bien monter la chaleur ! La scène du tatouage où elles sont l'une sur l'autre et léchent leurs plaies est assez étonnante, inattendue et très sensuelle. Le film n'est pas desagréable en soi et s'avère comme le 2 un parfait divertissement, même si le réalisateur s'est rappelé ses erreurs sur le second film et n'a pas cherché la surenchère cette fois-ci. Les effets spéciaux tiennent la route et les ballets aériens sont toujours aussi hallucinants. La fin du film est d'ailleurs riche en excès : Lau lau se transforme en arbre humain, le temple prend vie et poursuit les héros qui sont sur un tapis volant... Du pur délire ! Ni mauvais , ni révolutionnaire, ce troisième volet clot de manière satisfaisante cette magnifique trilogie. Charme des acteurs, beauté des images, émotion, combat phénoménal, monstres surnaturels, love story, il y a vraiment tout pour plaire dans cette série, qu'il ne faut pas manquer de redécouvrir séance tenante !

   

VII / L'HISTOIRE CONTINUE...

En 1997, Tsui Hark réalise un film d'animation qui est un vague remake du premier film. Ce dessin-animé sortira en France mais passera pratiquement inaperçu. En 1990, il y aura une parodie érotique et comique de la trilogie nommé "Erotic Ghost Story", suivie de "Erotic Ghost Story 2" en 91 (avec Antony Wong, la star des très malsains "Untold Story") et d'un troisieme nommé, je vous le donne en mille, "Erotic Ghost Story 3". On trouvera même un "Chinese erotic ghost story" ! Tous sont des catégories III, donc à réserver aux adultes. Je précise que la sublime Wang Tsu Hsien ne fait pas partie du casting de ces films... Dommage.

   

* Il faut noter que "Histoires de Fantômes Chinois 3" est raccourci en France et que la version intégrale est toujours inédite, on passe de 1h45 à 1h35.

* Le premier volet reçut le Prix du Jury à Avoriaz en 1987.

* Le second film reçut le Prix des Effets Spéciaux en 1992.

* Le chapitre 3 fut seulement sélectionné.

* Ching Siu-Tung signera pour Mylene Farmer un clip reprenant de nombreux thèmes et trouvailles déjà présents dans sa trilogie, en particulier les langes démesurées servant à se défendre contre certains ennemis. Ce clip est celui de la chanson "L'âme Stram Gram".