RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3.5
(8 votes)
Seule survivante de la tuerie perpétrée par Victor Crowley, Marybeth décide de retourner dans le Bayou pour y retrouver les corps de son père et de son frère. Pour l'aider dans cette expédition, elle fait appel au révérend Zombie qui voit là une bonne occasion de se débarrasser de la légende du tueur et ainsi relancer ses affaires...



Si depuis "Butcher" premier du nom, Adam Green a su faire preuve d'une plus grande maturité artistique avec son huis-clos montagnard "Frozen" qui ne prête pas à rire, ça ne l'empêche pas de revenir à ses premiers amours; à savoir le film d'horreur gore et ultra référentiel- à ne surtout jamais prendre au sérieux- et de concocter une suite à son slasher Hatchet [le titre V.O. est quand même nettement plus parlant]. Efficacité est le premier mot de cette séquelle qui ne perd pas de temps et débute directement par une scène dans les eaux du bayou (clin d'œil à la fin du premier "Vendredi 13") et ne se dépareille pas ensuite d'un tempo sans temps morts, mais non sans cadavres brutalement découpés. Hatchet 2 n'a pas la prétention de révolutionner le genre mais d'aller par contre le plus loin possible dans le mauvais goût et le gore. De quoi attirer d'emblée la sympathie.



Pour ficeler son film, Adam Green fait appel à des vétérans de l"horreur : Tony Todd ("Candyman") dont la voix sépulcrale fait toujours son petit effet, Kane Hodder (longtemps Jason Voorhees et reprenant ici son rôle de Victor Crowley), la très sympathique Danielle Harris (la saga "Halloween" qui en profite pour remplacer Tamara Feldman dans le rôle de Marybeth), sans oublier le spécialiste en maquillage et réalisateur de "Vendredi 13 chapitre 7: un nouveau défi" John Carl Buechler, qui se fait charcuter dans les règles du lard à l'occasion d'une d'intro volontairement grand-guignolesque. Si l'on peut reprocher à certains slashers de perdre du temps à tenter de donner vie à ses futures victimes, Adam Green lui va droit au but, et se donne à peine le temps de nous dévoiler leur identité. Les seuls à avoir un background un peu plus solide sont Tony Todd et Danielle Harris.



Mais contrairement à de nombreuses suites (au hasard "Massacre à la tronçonneuse: le commencement") Hatchet 2 ne fait pas tant que ça dans la surenchère au risque d'en décevoir certains. Les meurtres sont mêmes un peu répétitifs et les références à l'univers du slasher abondent au détour de la moindre phrase ou lors de plus longues explications ("Vendredi 13", "Carnage" pour expliquer les origines de Crowley, "Derrière le masque" pour le tueur Leslie Vernon, etc.). Le réalisateur n'hésite pas à aller dans le graveleux avec un coït interrompu de manière brutale ce qui n'empêchera pas la demoiselle en question de continuer à être besognée bien comme il faut.



On ne tombe jamais dans la gaudriole la plus totale pour autant, mais respectueux des codes des slashers movies, Green rend le comportement le plus stupide possible à commencer par la fameuse scène de séparation des protagonistes (avertis pourtant par la bouche de Danielle Harris) qui vont donc se faire trucider les uns après les autres. Loin de l'aseptisation des néo-slashers, Victor Crowley renoue avec la brutalité des slashers des années 80. Il ne fait pas dans la dentelle, mais dans l'équarrissage sanglant, aidé en cela par des effets spéciaux particulièrement réussis.

Même si les motivations du révérend Zombie sont attendus (on devine assez vite le pot aux roses), on se laisse aller à trouver des qualités notamment dans le rythme pour un spectacle bourrin et jouissif, que d'aucun qualifierait de bon petit spectacle horrifique du samedi soir (comme le veut l'expression sacrément conne…puisqu'il y a d'autres jours dans la semaine...).

Gore, plutôt fun (même si le premier l'était plus), Hatchet 2 aligne ses morts comme un spectacle de fête foraine. Recommandable à condition d'avoir assez apprécié les aventures précédentes de Victor Crowley, légendaire tueur du Bayou de Louisane!








Du même réalisateur :

CHILLERAMA
BUTCHER
FROZEN
SPIRAL