RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
John Harrison

Scénariste
John Harrison

Date de sortie
2009

Genre
diables et démons

Tagline


Cast
Jonas Armstrong
Sophie Ward
Doug Bradley


Pays
Royaume-Uni

Production


Musique
Guy Farley

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4
(23 votes)
Un jeune homme, dont la peau est couverte d'écritures diverses et variées est enlevé par un truand dans le but de l'écorcher, afin de revendre son épiderme à un riche collectionneur. On apprend que le jeune martyr est devenu le réceptacle du récit des morts qui écrivent sur lui comme sur un livre. Avant que son bourreau ne se mette à l'ouvrage, il va nous conter sa terrible et étrange histoire. Générique. Une spécialiste (pleine de charmes) du paranormal enquête sur un meurtre horrible et singulier survenu dans un immeuble cossu de la banlieue Londonienne. Elle sera aidée en cela par un jeune éphèbe se réclamant médium et apparemment capable d'être " un véhicule" pour les morts. Néanmoins, des doutes persistent, est-il réellement un vrai médium ou simplement un génial mystificateur ?



Adapter une nouvelle de Clive Barker semble donc redevenir à la mode ces derniers temps.
Après le sympathique, mais inégal " The midnight meat train" et avant " Dread", voici donc, en peu de temps, une troisième adaptation de l'univers tourmenté de l'écrivain anglais.
S'il est vrai que tout comme celles issues de l'oeuvre de Stephen King, les mises en images des écrits de Clive Barker peuvent donner le meilleur, elles débouchent aussi souvent sur le pire.
Le meilleur ce fut " Hellraiser" ou " Candyman", le pire (et même l'exécrable) ce fut "Transmutations" ou l'ineffable "Rawhead Rex". Entre les deux, on trouve un certain nombre de métrages plaisants, mais pas tout à fait aboutis (souvent à cause d'une absence de moyens, de producteurs peu scrupuleux), on pense à "Le Maître des illusions", "Le fléau selon clive Barker" ou " Cabal".
Autant tuer le suspens dans l'oeuf (car le suspens est ovipare...c'était la minute culture et biologie d'Horreur.com), ce " Book of blood" oscille plutôt entre la première et la troisième catégorie, celle des adaptations réussies mais à qui il manque ce surplus d'âme qui fait passer un film dans la catégorie supérieure.



"Book of Blood" se veut donc l'adaptation de deux nouvelles issues de l'anthologie horrifique "Le livre de sang", la toute première au titre éponyme et la toute dernière, épilogue des six tomes de cette merveilleuse collection de textes courts, intitulée "Jerusalem Street" dans l'édition française. A elles deux, elles ne dépassent guère la vingtaine de pages.
Du coup, si les auteurs du film se retrouvent avec peu de matières premières, surtout qu'ils font le choix de coller de manière très fidèle à l'écrit, ils vont tout de même réussir en développant l'intrigue autour du lieu hanté, à asseoir une ambiance pesante et à ne jamais faire sortir le spectateur du métrage. Ce qui, avouons-le, constitue une première bonne surprise. Bien sûr et pendant une quarantaine de minutes, on aura droit à un classique spectacle de film de maisons hantées comme on en a tant vu de "La maison du diable" à "Poltergeist" en passant par " Amityville".



Il serait cependant bien dommage de ne pas mettre en exergue la judicieuse utilisation de l'endroit, de ses couloirs, de ses recoins et notamment d'un grenier qui ressemble étrangement à celui vu dans le "Hellraiser", premier du nom.

Fonctionnant en quasi huis-clos et autour de trois personnages seulement, la tension devient vite palpable par l'apport d'une photographie lugubre et glauque, ainsi que par un ingénieux travaille sur le son. Celui-ci provient, en effet, pratiquement toujours en dehors de ce que nous voyons à l'écran rappelant en cela ce que fit Brad Anderson dans "Session 9". On peut également y voir l'influence de Robert Wise ou Jacques Tourneur (dont le réalisateur se réclame par ailleurs).

L'interprétation étant tout aussi convaincante (spécialement celle de Julia Ward, impeccable dans son rôle de scientifique au charme dévastateur...Ca y est je suis encore amoureux moi ), le film prend corps et nous amène vers une conclusion que l'on imagine funeste, morbide et cruelle.



Avec un tel thème (et un tel titre), il aurait probablement été plus facile de s'acheminer alors vers un déluge d'effets gore, or le choix est fait de rester plus ou moins dans une forme de suggestion. Evidemment il y a bien quelques séquences sanglantes au moment de la découverte du monde des morts et de la "fabrication" du livre de sang, mais la retenue est de mise, au grand dam, probablement, des amateurs de craspec et du gros rouge qui tâche. Le film reste ce qu'il est depuis le début, privilégiant l'ambiance et la psychologie des personnages au détriment du spectacle grand-guignolesque, réussissant même à nous offrir un climax " Fulcien" (toutes proportions gardées, cela va s'en dire) tout à fait étonnante en dépit d'un budget que l'on imagine étroit.

" Book of Blood" est un film "à l'ancienne", il est en cela l'exact opposé du récent " The midnight meat train", montrant ainsi que l'on peut adapter un même auteur, œuvrant dans un genre bien défini, sans pour autant y apporter la même sensibilité artistique. Ici, point de rapidité dans les mouvements de caméra, point de montage épileptiques, point de concessions à une certaine mode façonnée par les clips et MTV.

Une réussite sans aucun doute, pour peu que l'on fasse abstraction de l'affiche (magnifique par ailleurs) et du trailer qui donnent une fausse idée de ce que l'on va pouvoir voir. Dommage aussi d'avoir dû conclure par une scène finalement inutile une opinion soumise à caution cependant) et qui marque une rupture avec ce qui précède en misant (enfin diront certains !) sur un geyser sanguinolent.

Jetez-y un oeil, il le mérite. Ce n'est certes pas le film de la décennie, mais c'est bien plus plaisant que beaucoup (beaucoup) de péloches qui ont pignon sur rue dans nos cinémas.