RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5
(2 votes)
Pingouin, un guide touristique, fait visiter à son public les catacombes contenant les fameuses momies de Guanajuato. Il leur parle en particulier d'une gigantesque momie vêtue de rouge et s'appelant Satan. Satan était lutteur de son vivant et il n'a pu supporter sa défaite contre un ancêtre de Santo. Il avait juré de se venger et de revenir parmi les vivants cent ans plus tard. Le jour fatidique est justement arrivé et effectivement, Satan reprend vie. Avec l'aide d'autres momies, il va terrifier les habitants pour faire venir à lui le nouveau Santo. Celui-ci n'étant pas présent en ville pour le moment, ce sont ses compagnons Blue Démon et Mil Mascaras qui vont devoir venir en aide à la population ainsi qu'aux membres de leur famille, victimes eux aussi des terrifiantes momies de Guanajuato…



Ah Santo ! Un nom mythique pour les aficionados du cinéma populaire mexicain. De son vrai nom Roberto Guzman Huerta, véritable lutteur devenu un héros local après avoir joué pour le cinéma dans plus de cinquante films. Sa carrière sous le masque de Santo a débuté le 26 juin 1942 et s'est terminée en 1982, année de son dernier combat. Il mourut en 1984. Santo a rencontré toutes sortes de méchants pendant ses exploits cinématographiques, que ce soit des savants fous, de simples criminels, des zombies, des extraterrestres ou les fameuses momies de Guanajuato par exemple.

Car oui, ces momies sont véritablement fameuses, et surtout très connues, car elles existent pour de vrai ! Ces momies ont été exhumées entre 1865 et 1958 et placées dans le fameux "Musée des Momies", situé donc dans la ville de Guanajuato et qui a ouvert ses portes en 1894. L'ouverture au public et les visites payantes ont commencé dès 1900 mais le phénomène s'est véritablement amplifié à partir des années 1970, avec justement la sortie du film "Santo et les Momies de Guanajuato". Quelques 119 momies sont présentées au public, certaines étant nues, d'autres possédant des vêtements. C'est l'attraction touristique principale à Guanajuato. Les momies sont exhumées lorsque les familles ne peuvent plus payer le cimetière pour garder leurs défunts et les corps sont alors envoyés au Musée quand ceux-ci ont été momifiés naturellement grâce au climat qui règne à Guanajuato.



Le titre original du film est "Las Momias de Guanajuato". Un titre moins mensonger que le titre français, puisque les momies sont bien présentes, mais Santo, ben il faut quand même attendre quasiment la fin du film pour le voir. En effet, le lutteur au masque d'argent ne tient pas le rôle principal, cédant sa place à ses compères Blue Démon et Mil Mascaras, deux autres stars bien connues, et toutes aussi efficaces.

Le spectateur non averti, découvrant l'univers de ces lutteurs mexicains, sera sans doute surpris des images qu'il va découvrir sur son écran. Surpris dans le bon sens du terme parce que c'est une expérience assez unique.

Déjà, il faut savoir que nos lutteurs n'enlèvent jamais leurs masques. Qu'ils soient sur le ring, en train de combattre des puissances infernales ou en train de s'occuper de leurs enfants, ils portent toujours un masque. Ce qui rend certaines séquences très kitsch, et même assez hallucinantes il faut bien l'avouer. Voir un solide gaillard en costume cravate dîner au restaurant avec un masque bleu ou rose et jaune sur le visage, ce n'est pas tous les jours que vous verrez ça ! Par contre, la population alentours ne semble absolument pas choquée, ils n'y font même plus attention. C'est quand même assez original. Il faut savoir que dans la vraie vie, Santo n'enlevait également jamais son masque. Il demanda même à être enterré avec, un peu à la manière de Bela Lugosi, qui avait demandé à être enseveli avec sa cape de Dracula.



Ensuite, ne vous étonnez pas de passer d'une séquence de film "classique" à une scène de combat sur un ring, mettant en valeur les talents de nos lutteurs. C'est ainsi qu'on passe sans soucis des catacombes de Guanajuato à un combat de Blue Démon et Mil Mascaras contre deux autres lutteurs, ou que le réalisateur nous gratifie d'une séquence chantée dans un bar, en temps réel par exemple. C'est vraiment un autre univers que ces films mexicains, à vous d'y adhérer ou non.

Comme je vous le disais un peu plus haut, c'est donc Blue Démon et Mil Mascaras qui ont les honneurs d'être les plus longtemps présents à l'écran. Nos deux lutteurs vont donc devoir protéger leur famille et la population des attaques de Satan et de ses momies pas toutes fraîches, ce qui nous vaut des combats assez sympas et distrayants.

Les momies, parlons-en. On s'aperçoit vite que les acteurs se contentent de porter un masque de caoutchouc assez monstrueux physiquement pour les incarner. Mais en fait, vu l'ambiance kitsch qui se dégage du film, cette petite faiblesse au niveau des effets spéciaux de maquillages passe comme une lettre à la poste.

Sans pour autant bénéficier d'un rythme fort soutenu, le film n'ennuie jamais et les situations cocasses nous font passer un bon moment. On retiendra particulièrement la scène ou Satan, après être revenu à la vie, se rend dans le gymnase où se trouve le ring des lutteurs et se rappelle son combat contre l'ancêtre de Santo, qui a donc eu lieu cent ans plus tôt. Apparemment, les décorateurs du film ne se sont pas souciés de la publicité faite à la marque "Pepsi" puisqu'on la retrouve dans les deux époques ! Comment oublier également cette séquence où Satan parvient à assommer Blue Démon et lui enlève son masque bleu pour aller habiller une de ses momies avec celui-ci, afin de faire croire à la police que les agressions sont l'œuvre de Blue Démon ! Quelle ingéniosité !!

Après plus d'une heure de film, les spectateurs en délire vont enfin avoir la joie de voir apparaître El Santo en chair et en os, vêtu de son masque d'argent flamboyant et qui va vite trouver la solution pour renvoyer Satan et ses momies ad patres. Un combat tonitruant réunissant donc nos trois lutteurs dans leurs beaux habits de lumière. Si ça ce n'est pas du spectacle !



"Santo et les momies du Guanajuato" est au final un film très agréable à suivre, surtout si vous aimez les combats de catch à l'ancienne et les atmosphères "kitsch". Si vous remplissez ces deux conditions, ce film sera pour vous un vrai petit régal. Les autres auront l'occasion de découvrir un univers très différent des films américains ou européens qu'on a l'habitude de voir. C'est franchement une expérience qu'il faut tenter, le seul risque étant de tomber amoureux de ces productions mexicaines et de vous retrouver dans un magasin spécialisé en train de chercher un beau masque à vous mettre sur le visage…






Dans le meme genre :



Du même réalisateur :