RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4
(21 votes)
Steven Spielberg nous avait habitué à de gentils extraterrestres avec "E.T" ou encore "Rencontres du troisième type". Cette fois-ci, les envahisseurs sont hostiles... Ray Ferrier est un docker divorcé et un père incompétent, qui n'entretient plus que des relations épisodiques avec son fils Robbie, 17 ans, et sa fille Rachel, 11 ans. Quelques minutes plus tard, un puissant orage éclate. Ray assiste alors à un spectacle qui bouleversera à jamais sa vie...



Réalisé par le célèbre Steven Spielberg ("Les Dents de la Mer", "Poltergeist", "E.T"), cette nouvelle version contemporaine du classique de H.G. Wells nous fait vivre l'invasion de la Terre par les extraterrestres à travers les yeux d'une famille américaine. Tom Cruise ("Minority Report", "Vanilla Sky") joue ici le rôle d'un père infantile, irresponsable et égocentrique qui va devoir protéger sa petite famille.

"La Guerre des Mondes (2005)" est bien plus qu'un simple divertissement : c'est un dépaysement total où le spectateur est emmené progressivement vers un spectacle effrayant.

Le film débute normalement, en posant les bases et en nous montrant le mode de vie et les relations des protagonistes. Dès le début on ne peut que s'attacher au personnage de Ray (Tom Cruise) et de sa petite fille (la jeune Dakota Fanning qui a aussi joué dans la série "Taken") aux répliques toujours rigolotes et pourtant si réfléchies.



Ensuite, vient le premier moment qui nous crée déjà un frisson dans le dos. La télévision annonce que d'étranges orages ont plongé l'Ukraine dans l'obscurité la plus totale (une allusion à Tchernobyl ?) et c'est ensuite près de chez Ray que ce phénomène se produit. L'action prend une toute autre tournure et débouche sur une sorte de film catastrophe (comme "Le Jour d'Après", "Armageddon") qui nous plonge directement dans l'action. On reste tout simplement ébahi devant une telle démesure : une multitude d'éclairs transpercent le ciel, le vent devient extrêmement violent et toutes les voitures s'arrêtent brutalement. Les effets spéciaux sont une réussite totale et le jeu des acteurs est tel qu'on peut lire sur leurs visages, qu'on ressent même, leur peur et leur impuissance face aux événements. Impossible de rester insensible devant le spectacle qui se déroule sous nos yeux.



Puis les éclairs créent des trous dans le sol, d'où surgissent d'étranges machines. On entre alors dans le chaos. A peine sommes-nous sortis de notre émerveillement que Spielberg nous assène un second coup. Pas de gentil E.T ici : les tripodes désintègrent les habitants trop curieux, capturent les personnes, renversent des véhicules, détruisent des bâtiments et boivent même le sang des humains, semant ainsi la terreur sur leur passage. De plus, les extraterrestres et leurs machines sont vraiment bien réalisés et la scène de la colline et du bateau sont vraiment surprenantes.
Le film est très bien mené, en sachant marquer des pauses pour laisser souffler le spectateur frappé de stupeur, puis fait aussitôt monter l'adrénaline grâce à des scènes qui rappelleront sûrement "Signes" (la scène de la cave) ou encore "Abyss" (le tentacule).



Contrairement à ce que l'on pourrait penser, "La Guerre des Mondes (2005)" ne cache pas un patriotisme primaire comme pourraient laisser augurer certains dialogues (si les Etats-Unis ne peuvent rien faire, alors personne ne peut venir à bout des extraterrestres) et Spielberg reste fidèle à lui-même. Nulle question de faire passer l'Amérique pour le pays triomphant. Les protagonistes arrivent même à se demander s'il ne s'agit pas des terroristes (un rappel ô combien douloureux du 11 septembre 2001).
Au final, ce film constitue une excellente surprise, plongeant le spectateur dans 2 heures d'action trépidante. Cette version de "La Guerre des Mondes" satisfera sûrement les personnes qui auraient été déçues par le classique de 1953. Reste cependant la fin qui en décevra sûrement plus d'un.

Retrouvez la critique de la B.O du film:

http://www.horreur.com/critique-musique-27-guerre-des-mondes-la.html