RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 4.5
(6 votes)
Un couple décide de toucher une certaine somme d'argent d'une manière assez "morbide", un journaliste désœuvré se retrouve lié sur une série de meurtres visant les sans-abri, un mauvais acteur tente sa chance dans un curieux théâtre pour jouer "Hamlet".



Avant de me lancer dans la série des "Contes de la crypte", j'explique donc le concept de base. Au départ, "Les contes de la crypte" étaient des BD d'horreur, de suspense ou de science-fiction qui faisaient un véritable tabac aux Etats-Unis et accessoirement attiraient une clientèle plutôt jeune. Il y eut un long-métrage en 1972, réalisé par Freddie Francis : "Histoires d'outre tombes". Les E.C comics étaient déclinés en deux séries : "Tales from the crypt" & "Vault of horror". A son tour, Roy Ward Baker donna une adaptation de "Vault of horror" avec "Le caveau de la terreur". En 1982, Romero signe ce qui sera l'un de ses nombreux films cultes : "Creepshow" qui sera suivi d'une suite réalisée par Michael Gornick en 1987, "Creepshow 2". C'est donc à la fin des années 80 que la société HBO (qui produit à présent d'excellentes séries comme "Six Feet Under" ou "Carnivale") s'occupera de porter sur petit écran une série adaptant avec brio les fameuses histoires macabres.

Chaque histoire est présentée par le cryptkeeper, un squelette farceur et inquiétant, jamais épuisé de sortir des blagues macabres. Ce qui donne des mini-sketches où il présente tranquillement les histoires, ressortant une garde robe constamment différente, et toujours prêt à ouvrir son énorme bouquin d'histoires horrifiques. D'ailleurs une couverture très "pulp" ouvre chaque épisode, histoire de voir à quoi s'attendre. Et faut dire qu'elles en jettent plutôt bien et donnent tout de suite envie de connaître les sketches. Là encore la qualité est au rendez-vous, quoique les mauvaises surprises sont assez fréquentes. Mais au fait, c'est quoi un bon sketche des "Contes de la crypte" ? Il faut tout simplement que l'esprit E.C comics soit respecté, à savoir de l'humour noir, du sang, de l'horreur et une chute finale qui achève le spectateur. Evidemment il faut voir après si le petit film est bien construit. Chaque épisode comprend une fameuse chute finale, parfois drôle, horrible, traumatisante, inattendue, surprenante voire totalement ratée. Ne vous étonnez pas donc de voir souvent écrit dans mes fiches "chute finale" ou "retournement de situation final".

Une liste de guest-stars vertigineuse, des scénarios souvent très inventifs et un bon réalisateur donnent également une qualité inaltérable au sketch. Il y aura en tout sept saisons, diffusées sur M6 il y a fort longtemps. Manque de chance, les dernières saisons restent inédites chez nous, et certains épisodes ne seront jamais diffusés. Depuis quelques temps, 13 volumes sont sortis en DVD zone 2, contenant trois épisodes chacun. La série est incomplète, la sélection pas toujours bonne, mais il est intéressant de se replonger dans cette série devenue maintenant trop rare.



*Le piége : Une réalisation de Michael J.Fox qui ne débute pas vraiment en fanfare la petite collection de DVD. Très sympathique, ce sketch ne possède néanmoins aucune scène réellement horrifique ou un élément un tant soit peu surnaturel. Un mari brutal force sa femme et son frère, dont il se sert comme bouc émissaire, à réaliser une mise en scène macabre pour faire croire à son assurance qu'il vient de mourir. Autrement dit, sa femme et lui pourront toucher un bon paquet d'oseille. Mais évidemment tout ne se passe pas comme prévu, la jeune femme préférant se réfugier dans les bras de son beau-frère. Une comédie macabre assez efficace, qui malgré quelques scènes annonçant une dégringolade dans l'horreur (l'assommement du mari ou la scène du cercueil), finit par rester assez classique dans son ensemble.



*En faire son deuil : Cette fois on a droit à plus de guest-stars puisque Steven Weber (le Jack Torrance de la version Tv de "Shining"), Ally Walker (qui fut la jolie héroïne de la série "Profiler") et Brion James se joignent au casting de cet épisode. Un journaliste au bord du licenciement, se retrouve mêlé à une affaire de meurtres portant sur des clochards. Il enquête sur une organisation de charité, permettant la construction d'un nouveau cimetière. Une organisation assez inoffensive à première vue mais dont le nom a de quoi étonner : GHOULS. L'esprit EC Comics est respecté, c'est très gore (en particulier la fin), et l'humour noir est bel et bien présent, mais il est dommage que entre le début et la fin, il ne se passe finalement pas grand-chose. Les personnages sont peu attachants, l'histoire assez classique et seul l'éruption horrifique finale fait plaisir à voir. Pas mauvais mais assez moyen.



*Tête d'affiche : Cette tête de looser qu'est Jon Lovitz incarne un acteur sans charisme, sans cesse rejeté partout où il passe. Faut dire, il n'a pas beaucoup de chance : il rencontre son pire rival, un beau mec prétentieux, voit sa petite amie le quitter, et son appartement ne lui est plus disponible. La galère totale jusqu'au moment où il trouve un rôle dans la pièce d'Hamlet, dans un théâtre tenu par des excentriques complètement "out". Seul problème, son rival s'incruste et lui pique son rôle. A présent, ça sent la vengeance… Le résultat est donc à la hauteur des espérances, puisque c'est le meilleur des trois proposés ici. Car rien que pour cette chute finale hallucinante, le sketch se sort des griffes de la banalité. On remarquera qu'il ressemble beaucoup à un sketch du volume 3 : "Le concours", lui aussi bien aidé par sa chute finale parfaitement atroce. A découvrir.

Ce premier volume n'est pas le meilleur, mais sûrement pas le pire, loin de là. En fait, il dégage surtout un aspect très sympathique dans l'ensemble mais n'a rien d'exceptionnel. Maintenant à vous de choisir si les deux premières histoires vous plaisent vraiment.








Du même réalisateur :