RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Fred Vogel

Scénariste
Fred Vogel

Date de sortie
2003

Genre
tueurs fous

Tagline


Cast
Fred Vogel
Christie Whiles
Killjoy
Jerami Cruise
Michael T. Schneider


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
/

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 2.3
(13 votes)
Filmés par eux-mêmes, "August Underground Mordum" nous fait suivre la vie de trois tueurs périodiques, essentiellement dans leurs parties criminelles.



Avant toute chose, j'aimerai vous avertir que ce film est à réserver exclusivement à un public très averti, et je déconseille fortement n'importe quelle personne, non habituée de ce genre de cinéma, sensible ou les plus jeunes d'entre vous de le regarder.
Voila, ensuite à vous de voir, en tout cas ne me dites pas après que je ne vous ai pas averti.

Film de Fred Vogel (ancien élève de Tom Savini), "August Underground Mordum" aurait déjà eu depuis 2001 une préquelle intitulée "August Underground" mais qui fut pratiquement impossible à visionner.
Le métrage nous permet de suivre trois jeunes tueurs périodiques : deux hommes et une femme qui s'autofilment, ce qui montre d'emblée que la carte du réalisme est posée.
L'image est assez sale, c'est mal filmé (normal me direz-vous), avec par moments des zooms approximatifs provoquant des flous. Néanmoins comme vous vous en doutez l'atmosphère malsaine est amplement créée par ce procédé, rajoutez-y des acteurs baignés dans leurs rôles (que ce soit les victimes ou les tueurs), et vous pouvez sans mal vous croire devant un film "snuff".




Nous sommes donc pris comme témoins des actes de ces tueurs, et d'ailleurs quels sont-ils ?

- l'un des tueurs force un homme à se couper le sexe avec un ciseau ; une fois cela fait, la tueuse prend un bout de son sexe, en fait une "semi-fellation", puis elle s'en sert pour masturber l'amie de la victime, qui elle aussi est bien sûr victime.

- la tueuse, accompagnée de deux victimes féminines, se fait vomir sur elles, puis elle nettoie son vomi sur les visages de ces pauvres femmes, pour ensuite les faire vomir à leurs tours (notamment du fait qu'elle leurs enfonce deux doigts dans la bouche). Le clou de la séquence étant que la tueuse gerbe dans le cul d'une des victimes.

- un des tueurs ouvre le bide d'une de ces victimes féminines (elle était enceinte), provoquant la sortie de son fœtus, puis l'homme se met à la pénétrer par le trou qu'il lui a fait dans le bide.

Bref arrêtons là pour les exemples qui sont bien significatifs de ce que l'on peut endurer en regardant ce film. Si bien sûr, juste à l'idée de lire cela, vous avez envie de vomir alors ne tentez certainement pas de le visionner. N'oublions pas que toutes ces scènes se trouvent en plan séquence du fait que comme j'ai déjà pu le faire remarquer ce sont les tueurs qui se filment. Ces séquences sont bien évidemment insoutenables, d'un réalisme époustouflant, longues (15 à 20 minutes, montre en main), et une folie en constante évolution s'installe.
J'ai omis de tout vous dire, mais sachez que la dernière séquence du métrage est certainement la plus horrible chose que l'on peut voir à ce jour dans n'importe quel film.




Maintenant traitons du pourquoi et de l'intérêt.
Il est évident que beaucoup vont se poser ces questions. Après la vision de ce film, il est clair que l'on se sent sale, dégoûté et outré par ce que l'on vient de voir, et on se dit pourquoi, pourquoi on a regardé ce film, pourquoi des gens ont fait cela ?
Je pense que l'objectif de base de Vogel était bien sûr de choquer mais en même temps de faire naître chez le spectateur ces notions de dégoût et de se sentir sale, limite insulté par tant de barbarie et de folie.
A l'instar de Deodato avec "Cannibal Holocaust" en quelque sorte.
Ensuite, est-ce encore une réflexion sur l'homme, sur sa folie, ou encore sur nous spectateurs, ayant ce malin plaisir sadique de voyeuriste à vouloir voir des choses horribles ? Ou alors, s'agit-il seulement d'un pseudo film ayant seulement pour but d'aligner des séquences insoutenables, faites par des personnes aussi déviantes que celles misent en fiction ?
Voici tant de questions, qu'il me semble impossible d'y répondre, étant donné que je ne peux détenir la vérité.
A chacun donc d'y voir ce qu'il veut y voir ou penser.




Néanmoins "August Underground Mordum" a le mérite d'être certainement le film le plus choquant, déviant et horrible que le monde du cinéma ait pu produire.
Un programme qui marque, et que l'on n'a aucunement envie de visionner une seconde fois.



3/6 - Anonymous





Du même réalisateur :

AUGUST UNDERGROUND S PENANCE