RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5
(1 vote)
Des membres déchiquetés sont retrouvés enfouis dans le sable du parcours de golf "Tall Grass". Pourtant cela n'inquiète nullement le gérant du club, trop préoccupé par le tournoi qui se déroulera bientôt sur son green et par la présence des caméras de télévision. Aidé d'un agent de police local, il va donc étouffer l'affaire. Mais bientôt, l'un des membre du golf lui même est pris pour cible par ce qui semble être un tueur psychopathe, particulièrement acharné. Le directeur en charge des parcours de golf, Roy – un ancien champion de golf – intrigué par ce nombre de morts violentes, va tenter d'élucider ce mystère. Sa petite enquête le conduira à découvrir de l'huile de vidange sur les lieux d'un crime, où il rencontrera Deke, un personnage pour le moins énigmatique… Puis le médecin légiste remettra à Roy une balle de golf atrocement mutilée, trouvée près de l'un des corps. Pas de doute, il s'agit là de l'oeuvre d'un maniaque particulièrement cruel. Fort de ces indices, l'ancien champion va tenter de persuader le gérant du club du danger qu'implique la compétition pour la vie des participants. En vain ! Son seul geste sera d'organiser une battue avec les membres du golf, au cours de laquelle ils captureront Deke et sa petite tondeuse. Mais les meurtres reprennent le jour du tournoi. Roy, Deke et Kelly, une monitrice de golf, vont alors partir à la chasse...



Blades aurait très bien pu s'intituler "Massacre à la tondeuse à gazon", ou même "Les dents de la pelouse."

Les protagonistes de Blades font d'ailleurs référence au film de Tobe Hooper. Les deux films se rapprochent en ce qu'un outil de jardinage sert à décimer diverses victimes. Mais les ressemblances s'arrêtent là ! L'ambiance poisseuse de "Massacre à la tronçonneuse" est ici remplacée par un humour assez débridé, quoique complètement involontaire. John Finegan – "Girl School Screamers" – responsable de l'histoire, a dû se dire "Si une tronçonneuse a pu remporter un tel succès, pourquoi pas une tondeuse ?". Pourtant la réponse à cette question est très simple. Ce qui a fait le succès du film de Tobe Hooper, ce n'est pas tant l'arme que la famille de tueurs. Hors, ici il n'y a pas de famille de tueurs ! C'est donc sur un scénario totalement invraisemblable que se base Blades. Peu aidé par des protagonistes débiles, campés par des acteurs assez consternants. A ce titre le héros remporte la palme, son jeu est vraiment très insipide et parfois même désagréable.



Partant sur ces fondements, très mauvais cela va sans dire, Rondinella nous livre un film d'horreur raté de A à Z. Mais ne vous y trompez pas, ce film est une merveille malgré tout. C'est une remarquable parodie (involontaire ?) avec des répliques on ne peut plus consternantes, des situations débiles au possible… et même un thème principal qui ressemble étrangement à celui des "Dents de la mer". Je vous laisse imaginer l'effet que peut avoir sur les zygomatiques une scène où la caméra rase le sol à toute allure, enfouie sous l'herbe, avec cette musique de fond. Les similitudes avec "les Dents de la mer" ne s'arrêtent pas là puisque tout le film transpire de références détournées au film.



Mais avant d'entreprendre la vision du film il faut savoir qu'il ne plaira qu'à ceux qui ont envie de rire devant un énorme nanar tout droit sorti des années 80. Et c'est Troma qui nous l'amène ; si elle n'en est pas la productrice, la maison en a acheté les droits. Selon toute vraisemblance pour son aspect de navet kitsch et mal dégrossi.



Alors, parodie des "Dents de la mer" délibérée ou film d'horreur raté ? A vous de vous faire votre propre jugement !








Du même réalisateur :