RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Né juste avant la seconde guerre mondiale, le jeune Ridley étudie à Londres au Royal College of Art dans les années 50. Puis il rejoint la British Broadcasting Company où il fait ses premières armes de réalisateur en travaillant pour la BBC : il tourne ainsi une série policière "Z cars", et travaille également comme chef décorateur sur des séries de science-fiction.
En 1965 il réalise son premier film "Boy and Bicycle", un film expérimental avec la présence de son frère aîné Tony au casting.

Son premier film pour le grand écran sort en 1977 : "les duellistes", un drame historique, obtient le Prix du Jury pour une première œuvre au Festival de Cannes. La machine à succès semble être en marche. Deux ans plus tard, il réalise "alien" avec la sculpturale Sigourney Weaver qui va devenir une icône du jour au lendemain. Et le film en lui-même va devenir une œuvre culte de la science-fiction. Ridley remporte le Saturn Award du meilleur réalisateur cette année là, avant que l’Académie des Oscars, octroie en 1980 la statuette des meilleurs effets spéciaux. En 1982, Ridley reste dans le registre de la science-fiction en tournant "Blade runner" avec Harrison Ford, le chouchou du cinéma mondial à ce moment là : le réalisateur devra se battre pour ce film et faire quelques concessions, notamment tourner une fin plus optimiste que celle prévue au départ, ainsi que la pose d'une voix off ; les producteurs craignant que les spectateurs perdent le fil de l’histoire par manque d’explications narratives. Quoiqu’il en soit, le film remporte tout comme "alien" un succès mondial.

Un si joli début de carrière pouvait-il durer ? il n’y a aucune recette de réussite bien évidemment mais lorsque Ridley débute le tournage de "legend", il ne sait pas encore que ce sera son premier échec commercial. Le film sort en 1985 avec Tom Cruise ("entretien avec un vampire") et Tim Curry (le clown de "ca"), impressionnant de beauté dans le rôle du Lord of Darkness. L’inventivité, les maquillages époustouflants et les effets spéciaux n’y feront rien : le public boude le film et Ridley doit accuser le coup.
Il va se tourner alors vers le polar dans les années 80, tout d’abord en 1987 avec "Traquée" avec Tom Beranger, puis "Black Rain" avec Michael Douglas en 1988.

1991 sera l’année de la "résurrection". Il tourne un road-movie, "Thelma et Louise" avec Susan Sarandon ("les prédateurs" de son frère Tony) et Geena Davis, et l’apparition du tout jeune Brad Pitt ("fight club"). Le film remporte un succès public et critique immédiat et obtient 6 nominations aux Oscars, dont une statuette remportée pour le meilleur scénario.
L’année suivante, il réalise un biopic sur Christophe Colomb avec Gérald Depardieu dans le rôle titre. Malgré la présence de Sigourney Weaver, qu’il retrouve pour l’occasion, "1492 : Christophe Colomb" est un échec commercial. Tout comme le seront "Lame de fond" en 1996 et "A armes égales" (aka "G.I Jane" avec Demi Moore) en 1998. Il retourne donc pour un temps à la télévision et produit la série "the Hunger", une adaptation du film "les prédateurs" réalisée par son frère en 1983.

Renaissance à nouveau en 2000 avec "Gladiator" : succès mondial et la performance de son interprète Russel Crowe vaut un Oscar du meilleur acteur à celui-ci. Ce sera d’ailleurs le début d’une longue collaboration entre les deux hommes. Il enchaîne avec "hannibal", la séquelle de "le silence des agneaux" en 2001 avant se lancer dans les fresques historiques. En 2002 tout d’abord avec "la chûte du faucon noir", film basé sur la bataille de Mogadiscio survenue en 1993 ; puis en 2005 avec "kingdom of heaven" sur l’époque des Croisades. Entre temps il réalise "les associés", une comédie dramatique avec Nicolas cage ("ghost rider").
En 2005, toujours il participe à "La cour des grands" qui regroupe les courts-métrages de 12 grands réalisateurs : Kusturica, Frears, besson, Lucas, Polanski, Verhoeven, ou encore son frère Tony Scott sont de la partie.
L’année 2007 sera bien occupée avec pas moins de 3 films, dont "une grande année" où il retrouve Russel Crowe pour un périple provençal romantique. Il participe également à l’aventure "les enfants invisibles" : un drame aux allures de documentaire qui retrace le parcours de 7 enfants aux 4 coins de la planète. 7 destins de vies abîmées, maltraitées, filmées par Ridley mais aussi John Woo et Jordan Scott (sa propre fille). Il termine l’année 2007 avec "american gangster" où il retrouve une fois de plus son acteur fétiche, Russel Crowe.
Et ce n’est pas fini puisque 5 productions attendent déjà notre réalisateur. Tout d’abord "penetration" un film d’espionnage, puis un retour au film d’aventures avec "Tripoli" et Keanu Reeves au casting.
Un film sur le tueur en série BTK qui sévit entre 1974 et 1981 est également prévu : "Blind, torture and Kill", telles sont les explications des initiales de ce tueur machiavélique dont le parcours sera retracé dans "Factor X".
Au programme également, le tournage de "Body and lies", un thriller ou la CIA traquera un leader d’Al Qaida, avec Léonardo Di Caprio en tête d’affiche. Quatrième retrouvailles avec son ami Russel pour le tournage de "Nottingham", l’histoire revisitée de Robin des Bois, dans lequel l’acteur incarnera le Shérif de Nottingham.

De nombreux projets donc pour un réalisateur qui aura connu autant de succès que d’échecs.
Anobli par la Reine, il est le père du "Director’s cut".

Christophe JAKUBOWICZ
Le 26 juin 2007



Lionel Colnard
LUMIèRE SUR