RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Le jeune Friedrich naît quelques jours après Noël de l’an 1888. Etudiant en histoire de l’Art et Littérature à l’université de Heidelberg, il partira ensuite comme Pilote de combat durant la Première Guerre Mondiale.
Sa carrière, il va la débuter en Allemagne, aux côtés de Max Reinhardt comme premier assistant sur le tournage de "the blue boy" (titre US). Dans sa carrière, Friedrich Wilhelm Plumpe (ses prénoms complets et son vrai nom) va surtout officier dans le genre fantastique, policier et criminel. Dans les années 20, Murnau va être très prolifique : il tourne successivement "satan", "Le bossu et le danseur" qui marque le début d’une longue collaboration avec le scénariste Carl Mayer ("le cabinet du docteur caligari"), et "Dr. Jekyll et Mr.Hyde" avec… Bela Lugosi.
De son tout premier film, et comme beaucoup d’autres d’ailleurs par la suite, il ne reste à ce jour, hélas, plus aucune traces filmiques. Heureusement certains synopsis ont été retrouvés, mais surtout ses futures œuvres "majeures", elles n’ont pas été perdues.

En 1921, il enchaîne avec "Promenade dans la nuit", "Nostalgie" et "le château hanté" écrit pour ce dernier par Carl Mayer une nouvelle fois. Un an plus tard, trois nouveau films à son actif : "Fantôme", "la terre qui flambe" mais surtout LE film qui va lui apporter la consécration mondiale : "nosferatu le vampire" ; Avec ce long-métrage, Murnau invente ce que l’on appelle désormais aujourd’hui "le clair-obscur". Que dire d’un tel film ? la photographie et la mise en scène d’une inventivité rare met pleinement en valeur l’interprétation des acteurs dans un jeu expressionniste flamboyant. Greta Schröeder en victime du vampire nous offre un jeu outré et haletant (elle fût la scénariste quelques années plus tôt sur "le fantome de l’opera 1916") et Max Schreck (non ! pas l’ogre vert ! rires) reste une des images vampiriques les plus fortes jamais portées à l’écran. [note perso : aujourd’hui encore, j’avoue sans honte être toujours effrayé par son apparition ;( ]
Au-delà du succès phénoménal du film, des rumeurs ont évidemment circulé, la plus folle étant que Max Schreck ne serait pas un acteur mais un véritable vampire (!) Un coup marketing (déjà !) formidable malgré lui quoiqu’il en soit.

On pourrait penser que ce succès tonitruant allait ouvrir de nombreuses portes à Murnau, et pourtant il continuera son bonhomme de chemin sans se reposer sur ses lauriers. Il enchaîne plusieurs long métrages, tels "la chasse" en 1923, "les finances du grand Duc" et "Le dernier des hommes" en 1924.
En 1926, il réalise sa propre version de "Tartuffe" puis de Faust ("Faust 1926"). Ce dernier long, pourtant sublime artistiquement de bout en bout fût un échec commercial cinglant. Il décide donc de quitter L’Allemagne et migre aux Etats-Unis, où il va signer un contrat avec la Fox.

Bien lui en a pris, car même si, fans de genre que nous sommes, considérons que son "nosferatu" reste un monument du cinéma mondial, son chef d’œuvre le plus reconnu sera tourné en 1927 : "l’aurore" narre l’histoire d’un pêcheur qui après sa rencontre avec une touriste, décide de supprimer sa femme… aujourd’hui encore, et ce régulièrement, les critiques du monde entier le classent parmi les 10 plus grands films de tous les temps, aux cotés de films tels "Citizen kane" ou encore "sueurs froides" de Sir Alfred.
En 1928 il tourne "4 devils" (film pour lequel il remporte le Prix du meilleur film en langue étrangère aux Kinema Junpo Awards au Japon)puis "Citygirls" en 1930. L’année 1931 sera marquée par son dernier film, "Tabou", associé à Robert J.Flaherty, et qui narre les amours interdits de deux amants dans les mers du sud.
Friedrich Wilhelm Murnau décèdera le 11 mars 1931 à Santa Monica dans un tragique accident de la route. Considéré à juste titre comme l’un des trois plus grands cinéastes allemands des années 20, l’oraison funèbre au cours de son enterrement sera dite par son ami Fritz Lang, accompagné ce jour là par Ernst Lubitch et Greta Garbo.

En 2003, Le Festival de Berlin lui rend hommage avec l’attribution d’
un "Ours" en mémoire de son œuvre cinématographique.

Christophe JAKUBOWICZ
Le 25 mai 2007



Lionel Colnard
LUMIèRE SUR