RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Celui que l’on surnomme le "Jack l’éventreur" français voir le jour le 16 novembre 1869 près de Beaurepaire dans l’Isère au sein d’une famille de cultivateurs. Issu d’une très grande famille (15 frères et sœurs !), il est l’avant dernier juste avant son frère jumeau qui meurt un mois plus tard. Son père, précédemment marié et déjà père de 4 de ses frères et sœurs ne semble guère préoccupé par l’éducation de ses enfants, et encore moins des tous derniers. Sa mère, quant à elle, fervente croyante, victime d’hallucinations et d’apparitions récurrentes, meurt très tôt puisque Joseph Vacher n’a que 14 ans. Durant sa jeunesse il connaît de graves problèmes médicaux, tels des empoisonnements (manque d’hygiène ?), ainsi que la typhoïde qu’il contracte.

On estime aujourd’hui que sa "carrière" criminelle a débuté environ à cette époque alors qu’il avait une quinzaine d’années, par le viol et le meurtre d’une enfant ; ainsi que d’autres victimes (thèse vraisemblable puisqu’au cours de son procès il sera prouvé qu’il se trouvait sur les lieux des crimes au moment des faits). Cependant ceux-ci ne seront jamais élucidés faute de preuves. Il part ensuite effectuer son service militaire dans le Doubs à Besançon, où il tombe amoureux d’une gouvernante qui restera de marbre, et se moquera même de lui. A la fin de son service pourtant, il la demande tout de même en mariage, et devant le refus de celle-ci, toujours moqueuse, essaie de la tuer à coups de revolver avant de retourner l’arme contre lui et se tirer deux balles dans la tête.

Aussi incroyable que celui puisse paraître, Joseph Vacher ne meurt pas mais est interné à l’asile de Dôle. Il tentera par plusieurs fois de s’évader sans pourtant parvenir à ses fins. Quoique peu soigné dans l’établissement, les psychiatres le considèrent guéri en 1894 et il est libéré. Alors commence son vagabondage durant lequel il va semer la mort sur sa route à de nombreuses reprises, s’en prenant principalement à de jeunes bergers et bergères. Il ne se contente de tuer mais exprime physiquement ce que les psychiatres n’ont su déceler. Atteint d’une véritable folie meurtrière, il viole ses victimes avant de les tuer, puis les éventre avant de mutiler les corps pour parachever ses actes abominables. Il parcourt la France entière en marchant parfois plus de 50 kilomètres par jour, et ce pendant trois longues années avant d’être arrêté. Alors qu’il tente de violer une fermière, il est interpellé en 1897 et déféré au Parquet devant le Juge Fourquet qui instruit l’affaire.
Joseph Vacher a opéré la plupart du temps dans le Nord-Est de la France et au moment de son arrestation, la Presse parle essentiellement de "l’éventreur du Sud-Est". Simple petite supposition d’alors qui sera vite balayée par le Juge qui fait alors le rapprochement entre le mode opératoire des meurtres et l’assassin présumé qu’il a en face de lui.
Le procès à lieu à Belley dans la plus grande hâte, et sans tenir compte de ses antécédents familiaux et médicaux, Joseph vacher est rapidement condamné à la peine capitale alors qu’il n’a que 29 ans.

Aujourd’hui, en se penchant plus avant sur le meurtrier on peut émettre plusieurs hypothèses sur ses "motivations" et donner d’éventuelles explications à ses gestes morbides. La perte de son frère jumeau pourrait traduire une volonté de tuer son double, ou bien encore que c’est son frère jumeau qui lui intimait l’ordre de violer et tuer (Vacher disait entendre des "voix").
Toujours est-il qu’il est condamné pour 12 meurtres alors qu'une trentaine parait bien plus plausible, et toujours signés d’une extrême violence : démembrements, étranglements, décapitations s’ensuivaient après chaque viol. Il semblerait (toutefois sans aucune preuve) que Vacher eût connu également quelques problèmes d’identité sexuelle (une homosexualité refoulée ?) : on note parmi ses meurtres une préférence pour les jeunes garçons, victimes d’acharnements physiques ultra violents.

Au cours de sa courte détention, Vacher entretient des rapports écrits avec Alexandre Lacassagne, professeur de médecine et chargé de l’examiner. Une correspondance conséquente (ultime tentative pour sauver sa tête ?) de janvier à août 1898 qui ne servira cependant à rien. La peine de mort est maintenue et proclamée le 28 octobre. Joseph Vacher sera guillotiné le 31 décembre 1898 par le "célèbre" bourreau Deibler.

Christophe JAKUBOWICZ
Le 1er janvier 2006



Lionel Colnard
LUMIèRE SUR