RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Licencié en anglais de l’Université de Yale (s’il vous plait !), Bill connaît sa première expérience professionnelle comme redacteur de pub à Boston avant de partir pour New-York. Sa passion pour l’écriture et la réalisation remonte à ses études où il dirigeait une série de petits films d’horreur, "things that go bump in the night". Occupant tour à tour des postes de rédacteur, puis rédacteur en chef, il se met enfin en free-lance et travaille pour des journaux tels "Rolling Stones", "Psychology Today, ou encore "Interview".
L’homme est surtout un vrai caméléon, et un artiste à sa manière. Féru d’arts en tout genre, il occupe aussi quelque temps des postes dans des galeries d’arts contemporains et travaille également pour la firme Marvel Comics, en interprétant le personnage de "spiderman" pour les tournées publicitaires initiées par ladite entreprise.

Bill débute sa carrière sur le tard (si je puis dire) puisque sa première incursion au cinéma remonte à 1982 dans "Endangered species" ou son apparition se résume à un personnage de chauffeur de taxi. Mais l’essentiel est là puisqu’il a mis le pied dans l’engrenage et qu’il ne va plus arrêter de travailler, désormais. Fan absolu de "massacre a la tronconneuse" de l’ami Tobe, Bill, apprenant que Hooper va réaliser la séquelle, envoie au culot au réalisateur une petite vidéo parodique intitulée "the texas chainsaw manicure". Bingo ! Hooper, amusé le rencontre et lui offre le rôle déjanté du personnage de Chop-Top en 1986 dans "massacre a la tronconneuse 2". Dès lors, Bill ne va plus trop quitter le cinéma de genre, hormis quelques apparitions dans d’autres films plus ou moins intéressants. Car c’est bien dans l’horreur que le bonhomme s’exprime le mieux. On le retrouve sur le tournage de "le blob" en 1988 de Chuck Russel, la même année où il tourne également un épisode de Freddy’s nightmare, la série TV sur Freddy Krueger ("les griffes de la nuit").
En 1989, direction le set de "Pink Cadillac" avec pour partenaire la légende Clint Eastwood", juste avant d’enchaîner avec la saga de Blind Terror aka "douce nuit sanglante nuit 3".
Les années 90 arrivent et Bill va connaître une décennie riche en travail. Il apparaît tout d’abord dans "crach and burn" du producteur Charles band ("retro puppet masters" entre autres) avant de rencontrer la star du maquillage, j’ai nommé Tom Savini. Direction le remake de "la nuit des morts-vivants 1968" avec l’aval de Romero, et Bill incarne Johnnie dans cette excellente reprise que sera "la nuit des morts-vivants 1990". Puis deux ans plus tard, il tourne avec Sam Raimi la troisième volet d’"evil dead", "l’armée des ténèbres"* pour le rôle du Capitaine Deadite. Parmi ses multiples talents, Bill prête aussi sa voix sur des métrages comme "Corpse Killer" en 1994 ou encore "evil ed" en 1997. Toujours partant pour interpréter un personnage borderline, il rejoint le casting de "le couvent" en 2000 où il campe Ray, un officier de Police particulièrement destroy. En 2002, sorti directement en vidéo, il joue dans "terreur froide", un thriller horrifique contant la "fabrication" d’une machine à tuer composée d’ADN multiples de serial-killers. C’est aussi l’année où il travaille pour la télévision et notamment dans "Live from Bagdad" dans le rôle d’un journaliste de CBS. Une expérience télévisuelle qu’il renouvellera en 2003 avec la série fantastique "la caravane de l’étrange" (Carnivale), et ce durant 8 épisodes jusqu’en 2005.
Bill est donc à ce moment là ce que l’on appelle un second rôle de choix dans le paysage fantastique, mais c’est véritablement en 2003 que son aura va quelque peu s’élever avec "la maison des 1000 morts" et son personnage d’Otis qui va l’imposer véritablement. Sous la direction de son pote Rob Zombie, il incarne un personnage totalement déjanté, mi-freak, mi-psychopathe pour notre plus grand bonheur. Le film est un succès et forcément Rob se remet à la tâche avec "the devils rejects" en 2005. Bill reprend son role d’Otis et retrouve également son pote Sid Haig pour l’occasion (ce ne sera pas la dernière fois). Succès encore supérieur à "la maison des 1000 morts", Bill voit affluer pour cette fin de décennie des dizaines de propositions. Il retrouve ainsi le producteur Charles band ("talisman", "witchouse") pour le tournage de "Evil Bong" en 2006 ainsi que son acolyte Sid Haig dans le thriller (direct- to-video) "A dead calling". Pas moins de 5 productions attendent notre sympathique "fou-furieux" d’ici 2007, et rien que du film de genre : "Thr3e", "Fallen angels" (avec "tous les anges ne sont pas des anges gardiens" en accroche), "house 2007", "Babysitter wanted" où une jeune babysitter se voit terrorisée le temps d’une nuit de garde ("tiens ! ça me rappelle le lénifiant "terreur sur la ligne 2006"), ainsi que "The alphabet Killer" basé sur une histoire vraie pour ce dernier.
Comme on peut le constater, Bill est vraiment un homme "tout-terrain" et pour ne citer que quelques cordes supplémentaires à son arc, on peut noter ses participations à des documentaires tels qu’un making-of de "the devils rejects", ou encore texas Frightmare weekend, ainsi que "working with a master : Tobe Hooper" à propos de son expérience de tournage avec le Maître.
Un autre domaine où Bill s’éclate aussi est la musique, puisqu’il est chanteur de son propre groupe "Cornbugs" dans lequel son guitariste Buckethead n’est autre que l’ex du groupe Guns N’Roses.
Acteur, chanteur, on aimerait que Bill dans les années à venir mette à profits ses multiples talents encore inexploités, pour éventuellement nous faire découvrir ce que serait son univers s’il devait un jour réaliser son propre film. Nul doute que nous serions les premiers à nous en réjouir, et sans trop me tromper, pourrions imaginer que le cinéma de genre lui dirait merci.

* Ce film est chroniqué sur le site.

Christophe JAKUBOWICZ
Le 27 décembre 2006



Lionel Colnard
LUMIèRE SUR