RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Fonction
Réalisateur, producteur

Date de naissance
25 août 1939

Lieu de naissance
Luton, Bedfordshire, Angleterre

Filmo

Fils de l’actrice anglaise Mary Hewitt et de John Badham, le jeune John grandit en Alabama et étudie à la prestigieuse université de Yale.
Pour l’anecdote, il est également le frère de Mary Badham, enfant-star au même titre que Patty Duke. Elle fût longtemps la plus jeune actrice nominée à l’Oscar [pour son rôle dans "To kill a mockingbird" aux côtés de Gregory Peck ("la malédiction", "les nerfs a vif 1991")], avant que Tatum O’Neel lui ôte ce "privilège"
Marié en 1967 à l’actrice Bonnie Hugues dès 1967 (dont il divorcera en 1979), il fait ses débuts en 1969 via la TV et ce durant une grande partie de la décennie 70. Citons entre autres sa participation à des séries telles que Le sixième sens, Les rues de San Francisco, Nichols, et surtout les prémices de l’incursion dans le genre avec le Rod Sterling’s Night Gallery, présentant de courtes histoires fantastiques. Il va ainsi œuvrer sur le petit écran jusqu’en 1976 avant de réaliser son premier film pour le cinéma.

Et ce sera le triomphe planétaire avec "La fièvre du samedi soir". Il devient célèbre du jour au lendemain et lance par la même la mode du disco qui va déferler partout dans le monde. Un certain John Travolta tient la vedette de se film qui allait lui même le consacrer star du jour au lendemain.
Son premier film véritablement fantastique surviendra deux ans plus tard avec "Dracula 1979". Badham présente alors un Prince des ténèbres beaucoup plus romantique et charmeur que les précédents, et le film remporte un joli succès. Dû en partie à Franck Langella ("brainscan") son interprète principal qui offre une composition très sensuelle du célèbre Comte.

John Badham œuvre dans tous les genres cinématographiques, alternant aussi bien le fantastique que le thriller, la comédie ou bien encore les drames. C’est cette diversité qui jalonne sa carrière depuis ses tout débuts. Aussi après quelques intermèdes pré-cités, il revient au genre en 1983 avec "Tonnerre de feu" qui compte Roy Sheider ("les dents de la mer") en tête d’affiche. Il réalise également cette année là "Wargames", un thriller sur fonds de science-fiction, qui lui permettra d’obtenir le Saturn Award du meilleur réalisateur à l’Academy of science-fiction, fantasy and horror film. Il se marie également pour la seconde fois avec Jan Speek ("Short circuit") dont il divorcera en 1990.

En 1986 il réalise "Short circuit" , une comédie fantastique dans laquelle il fait tourner sa seconde femme, avant de retourner à d’autres réalisations hors-genre et ce jusqu’en 1992. Là, il produit entre autres "le visionarium", un film de science fiction. Puis il a l’opportunité de tourner en 1993 le remake de "Nikita" de Besson. Le résultat s'avèrera plutôt correct et le film sortira sous le nom de "Nom de code : Nina" avec Bridget Fonda ("Lake Placid", "L’armée des ténèbres") et Gabriel Byrne ("gothic", "Stigmata"", "la forteresse noire")

Depuis, rien de transcendant, hormis quelques comédies et thrillers qui n’ont guère brillé sur grand écran, et qui pour la plupart ont obtenu leurs visas pour le direct-to-video. Bien que John Badham n’ait jamais vraiment connu de période "creuse" dans sa carrière, il est principalement revenu depuis les années 2000 à une réalisation orientée essentiellement pour la télévision. Souhaitons qu’il nous revienne un jour au genre avec une œuvre aussi belle et majestueuse que "Dracula 1979".

Christophe JAKUBOWICZ
Le 19 octobre 2006.



Lionel Colnard