RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



C’est en avril 72 que le jeune Eli (né Eli Raphael Roth) voit le jour à Boston dans le Massachusetts. Il saura très rapidement ce qu’il veut faire de sa vie. Témoins les petits films en super-8 qu’il réalise dès l’âge de 8 ans. Cette vocation survient lorsqu’il découvre "Alien" de Ridley Scott. Son enthousiasme le pousse à continuer à réaliser des films familiaux pour la plupart, où prennent part également bon nombre de ses amis. C’est ainsi qu’il réalise à 11ans "Splatter on the linoleum", un métrage où il s’amusait à démembrer ses deux frères, Adam et Gabriel. L’appétit du gore était donc déjà visiblement là, et il ne cessera de réaliser en amateur jusqu’à son entrée à l’université.

C’est à la "New-York University" qu’il fait ses études ; il en ressortira avec un diplôme de la section cinéma et remporte plusieurs prix, le plus important étant son film de fin d’études qui reçoit le "Student Academy Award" en 1995.
La fin de ses études terminées, Gorilka (son surnom !)utilise le reste de la décennie à bon escient en faisant ses armes auprès du producteur Fred Zollo notamment. Il apprend auprès de lui en tant qu’assistant de production, et pour gagner sa vie travaille parfois comme remplaçant, ce qui lui permet d’apprendre sur les tournages la direction d’acteurs entre autres mais aussi la réalisation.

1995 est aussi l’année où Eli écrit le scénario de "cabin fever" en compagnie de son ami Randy Pearlstein. Les deux compères passent ainsi plusieurs années à essayer de trouver des financements. En vain.

En 1999, il quitte New-York pour s’installer à Los Angeles et en l’espace de 4 mois parvient à "placer" une série d’animation TV intitulée "Chowdheads". Il écrit, produit, dirige, anime et double les épisodes avec la complicité de son ami Noah Belson (l’homme à la guitare dans "cabin fever"). Mais le projet finit par capoter et la diffusion est annulée. Qu’importe il récupèrent tous deux leur projet qu’il rebaptise "The rotten fruit". Entre temps, Eli rencontre David Lynch avec lequel il travaille comme producteur, et pour qui il réalise également de nombreux courts-métrages destinés au site internet du réalisateur de "Blue velvet" (DavidLynch.com).

Arrive l’année 2001 et Eli peut enfin réaliser son rêve : tourner son premier film écrit 6 ans auparavant. "Cabin fever" voit le jour et présenté au Festival du film de Toronto. Le film remporte un succès considérable et devient le plus gros succès de Lion’s Gate. Le très select "New-York Times" l’encense, et des réalisateurs confirmés tels que Peter Jackson, Tarantino et Hooper lui apportent un soutien non négligeable. Il reçoit également des récompenses, notamment l’Award filmaker par l’ "ademy of science-fiction fantasy and horror film USA"(ouf !) ainsi qu’une troisième place ex-aequo avec "Maléfique" du frenchy Eric Valette au Festival du film Fant-Asia.
Avec un budget initial d’1,5 millions de dollars (c’est à dire rien du tout !), "Cabin fever" remporte le jack-pot et Gorilka peut enfin penser à son avenir cinématographique. Et surtout réaliser ses envies.

En 2003, il crée avec Boaz Yakin et Scott Spiegel une société de production ("Raw Nerve") spécialisée dans les films d’horreur, dont le but avoué est de produire entre 3 et 5 films annuellement.
Fin 2005, c’est la sortie aux Etas-Unis d’ "Hostel", annoncé comme LA bombe horrifique, parrainée par Tarantino. C’est au cours du tournage qu’il rencontre Barbara Nedeljakova (Natalya dans le film) qui partage sa vie actuellement.
Pour 2006, Eli "puise" toujours dans les bénéfices de "Cabin fever" afin de réaliser "Scavenger hunt", un teen-movie pour les studios Universal, mais également "The box", un thriller horrifique co-écrit avec Richard Kelly ("Donnie Darko") et qu’Eli réalisera. La suite d'"Hostel" est également mise en chantier et cette séquelle s'intitulera sobrement "Hostel- chapitre 2"
Aux dernières nouvelles, il devrait également mettre en scène l’adaptation du dernier roman de Stephen King sorti récemment : "Cellulaire"

Enfin, notons qu’il s’amuse également à être acteur dans quelques films : figuration dans "le miroir à deux faces" en 1996, une apparition dans "terror firmer" en 1999, le rôle d’un jeune homme dans "Toxic avenger 4" en 2000, apparition dans "Tales from the crapper" en 2004, et Justin dans "2001 maniacs" (où il intervient d’ailleurs dans la production), le remake de Lewis ("2000 maniacs").

Réalisateur génial pour certains, surestimé pour d’autres, Eli Roth fait preuve néanmoins d’un début de carrière déjà prometteur. Et il n’a que 34 ans. Le monde lui appartient.

Christophe JAKUBOWICZ
Le 10 avril 2006.



Lionel Colnard