RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Né en mai 1912 à Londres, John Gilling restera comme l’un des plus talentueux réalisateurs britanniques du cinéma de genre durant les années 50/60. Une carrière riche et fournie qui connaîtra son apogée lorsqu’il commencera à travailler pour la célèbre firme Hammer. Il débute sa carrière véritablement en 1946 avec "Escape for Bradmoore" et n’aura de cesse de tourner jusqu’en 1974.

Commence alors un long périple jonché de réussites filmiques :

En 1952 il tourne "Mother Riley meets the vampire" où il s’offre les services de Bela Lugosi en tête d’affiche mais aussi en fin de carrière.
En 1956 il réalise "The gamma people", un film de science-fiction où des enfants sont transformés en mutants à coups de rayons X…

A l’instar aussi de "The flesh and the fiends" en 1959 avec Peter Cushing ("la chair du diable") et Donald Pleasence ("prince des ténèbres", "phenomena") entre autres.
En 1961 il tourne "Le spectre du chat" (The shadow of the cat) avec notamment Barbara Shelley ("dracula prince des ténèbres")

Il fait une petite pause dans le fantastique durant l’année 1962, le temps de réaliser 10 épisodes pour la série TV "Le saint" avec Roger Moore.

De retour en 1963, sort sur les écrans "l’épée écarlate" (The scarlet blade) alors que se profile à l’horizon un des films majeurs qui restera dans l’histoire du film de zombie et de la Hammer : l'invasion des morts-vivants*** sort sur les écrans en 1965. Le film est en partie tourné en Cornouailles dans des décors somptueux et la photographie illumine le métrage.
"The plague of the zombis" peut à juste titre être considéré comme une œuvre majeure et essentielle du film de morts-vivant. En effet, il fût la source d’inspiration de George Romero pour sa tétralogie ("la nuit des morts-vivants 1968","zombie", "le jour des morts-vivants", "land of the dead / le territoire des morts").
Il tourne également cette année là "The night caller" (aka "blood beast from outer space") un film horreur/science-fiction traitant de l’extinction humaine.

Il enchaîne presque aussitôt en 1966 avec ce qui reste certainement son film le plus abouti artistiquement parlant : "la femme reptile" (The reptile) : un film contenant plusieurs points communs avec "l’invasion des morts-vivants", puisqu’il fût tourné dans les mêmes décors et que Jacqueline Pearce, héroïne de la Hammer, figurait au générique des deux métrages. John Gilling aborde dans ce film une malédiction avec l’inceste en filigrane (ce qui n’était pas rien pour l’époque) et fait évoluer son casting dans les meilleures conditions. Très attaché à la lumière, le film offre une photographie de toute beauté, avec des contrastes saisissants et inquiétants qui font de ce film une vraie réussite d’épouvante.

En 1967 il réalise le 3e film de momie de "l’écurie hammer" à savoir "dans les griffes de la momie" où il retrouve son scénariste ( "estampillé" Hammer) de "la femme reptile" John Elder ("dracula prince des ténèbres", "les cicatrices de dracula"). Au-delà de l’histoire même, on retiendra principalement le soin encore une fois apporté aux décors et plus particulièrement aux magnifiques pièces égyptiennes.

Enfin il faudra attendre 1974 et la sortie de deux films "the mountain of the ghost" et sa toute dernière œuvre "La cruz del diablo" avec Emma Cohen, aperçue en vampire quelques années auparavant dans le "Dracula" de Jesus Franco aux côtés de Christopher Lee.

John Gilling s’est éteint le 22 novembre 1984 à Madrid en Espagne, et laisse derrière lui une œuvre particulièrement émouvante qui aujourd’hui encore fait la renommée universelle de la Hammer. Perfectionniste et boulimique de travail, il nous laisse également sur pellicules un joli bouquet d’actrices somptueuses et particulièrement talentueuses.

*** A noter que ce film est chroniqué sur le site.

Christophe JAKUBOWICZ
Le 15/03/2006



Lionel Colnard
LUMIèRE SUR