RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Jerry Goldsmith, une légende pour tous les amateurs de musiques de film. L’un des plus grands compositeurs de l’histoire du cinéma, tout simplement. Né à Pasadena (banlieue de Los Angeles) en 1929, le jeune Jerrald montre très vite de grandes dispositions musicales. Il prend ses premières leçons de piano à l'âge de 6 ans, puis suit des cours d’écriture alors qu’il n’est encore qu’adolescent. Arrive LA rencontre qui va déterminer son avenir : celle de Miklos Rosza, le légendaire compositeur hollywoodien, dont Goldsmith suit les cours à l’Université de Californie du Sud.

En 1950, peu après son mariage avec Sharon Henningan (avec qui il aura quatre enfants), il est engagé par le département musical de la chaîne CBS où il restera une dizaine d’années, le temps de faire ses gammes et de trouver son style. Il compose des musiques pour des émissions radio et des séries télévisées. En 1957 il signe sa première musique de film, en l’occurrence "Black patch", un western dont plus personne ne se souvient aujourd’hui. Ce sera le début d’une carrière de près de 200 films, sans compter ses travaux pour la télévision. En 1962 Jerry obtient sa première nomination aux Oscars pour son travail sur le film de John Huston, "Freud, passions secrètes". Il en connaîtra 16 au total, pour une seule statuette remportée en 1976 grâce à "La malédiction".

Jerry Goldsmith, en 46 ans de carrière pour le cinéma, touchera tous les genres : western, drame, comédie, action, dessin animé, science-fiction, horreur… Il parvenait parfois à composer 7 bandes originales dans la même année, ce qui est énorme. Son talent et son éclectisme étaient connus et appréciés de tous, si bien que certains producteurs n’hésitaient pas à s’offrir ses services pour rehausser la piètre qualité de leurs films ! Que seraient des oeuvres comme "L’inévitable catastrophe", "Supergirl" ou "Poltergeist 2" sans l’apport de Goldsmith ? On est en droit de se le demander. C’est tout à son honneur de s’être toujours acquitté avec professionnalisme de ses travaux pour des nanars (tiens, j’oubliais "Leviathan" !). Mais il n’avait pas la langue dans sa poche, et il se permettait parfois des déclarations fracassantes. Comme lors d’une cérémonie en son honneur durant laquelle on lui demanda s’il composerait la musique pour la séquelle de "La momie" de Stephen Sommers. Et Goldsmith de répondre qu’il en avait assez de travailler sur des mauvais films !!!

Outre le cinéma Jerry a de nombreuses fois travaillé pour la télévision, notamment "La quatrième dimension", "Perry Mason, "Des agents très spéciaux", sans oublier ses deux fameux thèmes pour "Star Trek the next generation" et "Star Trek Voyager". Il remporta 5 Emmy Awards durant sa carrière, dont l’un pour la très belle série "Masada".

Goldsmith, c’est aussi une carrière privilégiée pour deux réalisateurs : Franklin J. Schaffner et Joe Dante. Pour le premier, Jerry composa certaines de ses musiques les plus mémorables ("La planète des singes", "Patton", "Papillon"…). Avec le second c’est une vraie amitié qui s’est nouée depuis le film à sketches "La quatrième dimension". A partir de cette rencontre Goldsmith travaillera sur tous les films de Dante (excepté son téléfilm "The second civil war"). Il fera même une apparition dans "Gremlins" et "Gremlins 2" !

En 1973, Jerry se remaria avec Carol Heather, union de laquelle naquit un nouvel enfant, Aaron. Finalement un seul de ses enfants suivit ses pas, à savoir Joël, qui composa entre autres la musique de "Virus".

Jerry Goldsmith nous a quitté le 21 juillet 2004, des suites d’un cancer, après avoir signé son ultime musique pour "Les Looney Toons passent à l’action" de son ami Joe Dante. Une immense perte pour tous les béophiles de la planète. Jerry restera pour beaucoup d’entre nous comme l’un des plus grands, sinon le plus grand.

Pour en savoir plus sur Jerry Goldsmith et son œuvre, deux sites internet lui sont dédiés :

"Deconstructing Goldsmith" : http://www.geocities.com/Hollywood/Academy/9059/goldsmith.htm

"Jerry Goldsmith Online" :
http://www.jerrygoldsmithonline.com/

Gilles LUQUET
Le 09 mars 2006



Lionel Colnard
LUMIèRE SUR