RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



La jeune Sharon Marie voit le jour en janvier 43 à Dallas au Texas. De par son père, militaire de son état, elle voyage beaucoup au cours de son enfance. Elle passe son adolescence en Italie où elle est sacrée reine de son université. Ce ne sera pas son seul sacre ; nombreux seront les prix de beauté qu’elle remportera durant sa jeunesse : il suffit d’admirer son minois pour s’assurer que son charme était indéniable.

Après quelques figurations dans des films italiens, Sharon s’envole pour Hollywood où elle décroche en 1962 un rôle dans la série familiale "The beverly hillbillies" ; rôle qui deviendra récurrent jusqu’en 1967. Elle tourne également (non créditée) dans "Barabbas" de Richard Fleisher ("Soleil vert").
Sa première incursion dans le genre arrivera en 1967 avec "le bal des vampires (version cut)" de Polanski. La production dans un premier temps s’oppose au choix de Sharon pour le rôle de Sarah Shagal : "trop rousse, trop sexuelle" s’exclament les studios. Mais le cinéaste tient bon et finit par l’imposer. Et cette collaboration, au départ artistique, va se muer rapidement en une histoire d’amour.

Sharon et Roman ne se quittent désormais plus, et la belle ne va cesser de tourner cette année là. Elle est à l’apogée de sa beauté, et un sondage américain la consacre comme l’une des plus belles femmes du monde.
Elle rejoint le tournage de "l’œil du malin" (eye of the devil) où il incarne une jeune sorcière, avant d’enchaîner avec "Don’t make waves" (comment réussir en amour sans faire de vagues), une pure comédie où Sharon dévoile tout son talent humoristique. Car Sharon est une femme gaie et amoureuse. Elle incarne Jennifer North Polar dans "La vallée des poupées", un drame musical aux côtés de Patty Duke ("Amityville IV"). Pour son rôle elle sera d’ailleurs nominée à l’équivalent du futur espoir féminin aux Golden Globes.
1967 est aussi l’année où elle pose pour Playboy, et le photographe n’est autre que... Roman Polanski qui prit les clichés sur le tournage de "le bal des vampires (version cut)".

Le 20 janvier 1968, elle épouse Roman Polanski, réalisateur à présent "reconnu" après "le bal des vampires" qui remporte un énorme succès dans les salles. Il tourne cette même année une œuvre devenue culte depuis : "Rosemary’s baby" dans lequel Sharon fait une petite apparition (guettez la scène de la fête, elle y est une invitée…)

En 1969, Sharon tourne deux comédies : "the wrecking crew", et celle qui sera son dernier film, "12 + 1" aka "the 13 chairs". Le couple qu’elle forme avec Polanski est un modèle à Hollywood, et quand bien même Sharon est engagée bien trop souvent pour son simple physique, de nouvelles perspectives s’offrent à elle. Mais sa plus belle réussite d’alors sera l’arrivée de leur premier enfant. Sharon a déjà choisi le prénom : Paul Richard.

Mais le destin va en décider autrement et l’épouvantable va se produire. Le 9 août 1969, Sharon est retrouvée sauvagement assassinée (massacrée devrais-je dire, je vous épargnerai les détails…) à leur domicile de Bel-Air. L’affaire fait grand bruit alors que Polanski sombre. Les médias sont déchaînés et "voient" dans la mise en scène du massacre, les agissements d’une secte vouée à Satan, lorsque d’autres parlent de vaudou. La presse s’emballe et fait rapidement le lien (stupide) entre les œuvres de Polanski et l’effroyable assassinat. Malgré la douleur, Polanski "encaisse" et laisse la police faire son travail. C’est bien plus tard que la bande du tueur en série Charles Manson sera identifiée et reconnue coupable du meurtre. Mais le mal est fait : Polanski ne s’en est toujours pas remis.
Afin de terminer sur une jolie note, retenons simplement de cette divine jeune femme à la chevelure rousse flamboyante, une seule image devenue culte dans "le bal des vampires (version cut)" : Sharon vêtue de mousse et prenant son bain : mutine et délicieuse.

Christophe JAKUBOWICZ
Le 19 octobre 2006



Lionel Colnard