RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



De son véritable nom D.Schwartzberg, Richard Donner voit le jour à New York le 24/04/1930.
Il débute sa carrière au milieu des années 50 à la TV américaine, au travers de séries ; un exercice auquel il s’essaiera jusque dans les années 90. Citons notamment sa participation à des épisodes de "Kojak", "Les mystères de l’Ouest", "Le fugitif", ou bien encore "Les rues de San Francisco" pour les plus médiatiques.
Dans le genre qui nous intéresse, Donner a travaillé sur bon nombre de séries connues et pour certaines devenues cultes : "La quatrième dimension", "Les contes de la crypte", "Ghost story" ainsi que "The sixth sense".

Son premier film, Donner le réalise en 1961 : "X-15", l’histoire de pilotes volontaires pour tester une fusée, et ce au péril de leur vie : au casting figure un certain Charles Bronson …
Les années 60 seront principalement des tournages pour la TV, excepté en 1968 où il tourne "Salt and Pepper" (Sel, poivre et dynamite) ainsi que "Twinky" en 1969 aka Lola (l’ange et le démon).

Le véritable événement viendra en 1976 avec la sortie de "La malédiction" (The Omen), film mené tambour battant par Gregory Peck et Lee Remick, qui deviendra culte, et une référence cinématographique en terme de film démoniaque.

Fort de ce succès, il enchaîne deux ans plus tard avec l’adaptation d’un des "Comics" les plus célèbres : "Superman", et l’apparition d’un acteur qui deviendra une îcone pour des millions de fans, le regretté Christopher Reeve.
Donner se paie le luxe alors de compter au sein de son casting la présence (certes mineure) de Marlon Brando, monstre sacré s’étant éloigné des studios, et réputé comme plutôt têtu. La Star ne tournera que quelques minutes, et son cachet demeurera confidentiel.

Inévitablement, devant le phénomène du film, "Superman 2" est rapidement mis en chantier avec Lester à la mise en scène, dans lequel Donner fera une apparition en tant que "figurant" (tout comme dans le premier volet).
Les années 80 marqueront la période "fantastique" du réalisateur, puisqu’en 1985 il tourne "Ladyhawke la femme de la nuit", avec une nouvelle et non moins troublante apparition : Michelle Pfeiffer.

Cette même année verra la sortie d’un film qui aujourd’hui encore aura marqué toute une génération : "Les goonies", une œuvre orientée pour les teenagers, particulièrement attachante, dans laquelle il fait une apparition en policier.
Une année riche donc, ponctuée par sa plus belle réalisation personnelle : célibataire endurci, il épouse à 55 ans Lauren Shuler, avec qui il file le parfait amour depuis plus de 20 ans désormais.

En 1987 il réalise ce qui deviendra par la suite l’une des sagas les plus connues en terme d’action : "L’Arme fatale". Il engage Mel Gibson alors au sommet de sa gloire depuis "Mad Max" réalisé quelques années auparavant. Ce sera le début d’une véritable collaboration artistique et amicale puisque "The lethal weapon" (titre US) connaîtra 3 sequelles : des succès à chaque sortie pour ce buddy-movie mélant le polar et l’humour, et chaque fois très attendus par les fans.
En 1988, c’est la sortie de "Fantômes à vendre" (Scrooged), une comédie "spectrale" avec Bill Murray.
Il tourne "L’arme fatale 2" en 1989, et réalise des épisodes des Contes de la crypte dont le segment "Dummy le ventriloque" qui se révèle tout particulièrement excellent.

Les années 90 seront le retour aux films d’action pure avec "L’arme fatale 3" en 1992, toujours avec Gibson, qu’il remet en scène dans "Maverick", un western, en 1994.
En 1995 il réalise "Assassins" avec Stallone et Banderas, puis s’adonne au thriller en compagnie de Gibson et Julia Roberts pour "Complots" en 1997. Il achève la décennie en 1998 avec "L’arme fatale 4", ultime épisode (rien n’est moins sûr) de sa tétralogie, désormais culte.

En 2003, il réalise une épopée médiévale "Timeline" (Prisonniers du temps), tirée du livre éponyme de Michael Crichton ("Jurassik Park"), dans lequel il fait encore une petite apparition.
2005 sera l’année de la sortie de "16 block", un polar passé inaperçu avec Bruce Willis ("Le sixième sens") en vedette notamment.
2006 verra la sortie de "Sam & George", un thriller dramatique avec Mel Gibson au générique, et écrit par le scénariste de "Mission impossible 3" entre autres.

Il est en outre toujours co-producteur de la série "Les contes de la crypte" en compagnie de ses compères ( producteurs, réalisateurs ou scénaristes) Zemeckis ("Retour vers le futur"), Joel Silver ("La maison de cire", "Predator"), Walter Hill ("Alien vs Predator") et David Giler (la saga "Alien").

Au vu de sa filmographie, Richard Donner s’est donc particulièrement illustré dans les films d’action et fantastiques. Il est également un producteur influent à Hollywood, comme en témoigne son travail sur "X-men", mais aussi "La malédiction finale", "Génération perdue", et bien évidemment sur la plupart de ses propres films.

Christophe JAKUBOWICZ
Le 24/01/2006



Lionel Colnard