RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Compositeur d’origine britannique, Simon Boswell s’intéresse à la musique assez tôt, en écoutant les disques de Jimi Hendrix appartenant à son frère. Sa passion pour la musique se concrétise alors qu’il est étudiant à l’université de Cambridge en sortant un album solo, "The Mind Parasites" (1976). Il a aussi tenté de former un groupe à la fin des seventies. Ses premiers pas sur le terrain musical le placent assez loin finalement des compositions de musique de films. Proche alors du milieu de la chanson de variété, il fréquente entre autres Ami Stewart et Nick Kershaw. C’est une de ces rencontres fortuites qui va changer le destin de Simon pour la suite de sa carrière.

En 1984, il fait la rencontre de Dario Argento, qui lui demande de composer des chansons pour son prochain film "Phenomena". Le réalisateur italien, visiblement satisfait d’une telle collaboration, le recommande à Lamberto Bava, avec lequel Simon Boswell ne cessera quasiment plus de composer les musiques de ses films ("Démons 2", "Outretombe", "Delirium", "Le château de Yurek", "La maison de l’ogre"…). Boosté par sa collaboration avec Dario Argento, on retrouve Boswell chez d’autres réalisateurs italiens à la fin des années 80 comme Umberto Lenzi et Michelle Soavi ("Bloody Bird", "Sanctuaire").

Passé sa participation aux films "bis" de ses débuts, Boswell prend pied à un autre échelon, en composant la BO de "Hardware" de Richard Stanley en 1990. Les choix artistiques de Boswell ne surprennent qu’à moitié : il reste à l’écart des grosses machines hollywoodiennes, préférant participer à des films de réalisateurs originaires de Grande-Bretagne comme Danny Boyle, Clive Barker et Nick Willing. Marquant par là son désir de rester dans son pays natal, en compagnie de son épouse Dorothy, de son fils Jack et de ses chats.

Gérald GIACOMINI
Le 09/01/2006



Lionel Colnard
LUMIèRE SUR