RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



La petite Sarah Michelle Gellar (1m59) n’est pas entièrement une novice devant la caméra lorsqu’elle devient mondialement connue à l’occasion de la série télé ‘’Buffy contre les vampires’’. En effet, alors qu’elle est en train de manger dans un restaurant, un agent la repère. Sarah n’est alors âgée que de 4 ans (!). C’est donc une de ces actrices enfants à la carrière bien remplie dès leur plus jeune âge (à la Jodie Foster). Son enfance se déroule entre apparitions dans des publicités et des téléfilms. Parmi les co-vedettes qu’elle côtoie, notons Matthew Broderick ou Eric Stoltz.

Passées les années 80, c’est au début de la décennie suivante que sa carrière connaît une belle envolée. Après avoir interprété Jacqueline Bouvier - la future Madame Kennedy -, dans ‘’A Woman Named Jackie’’, elle devient l’une des vedettes de l’un des soap operas les plus longs de l’histoire américaine, ‘’All my children’’ (inédit en France si ce n’est une tentative éphémère de diffusion sur TF1). On la retrouve dans le rôle d’une belle garce (une Kathryn Merteuil avant l’heure), Kendall, pour laquelle elle est nominée comme meilleure jeune espoir féminin pour les Emmy Awards. Après avoir perdu la première année en 1994, elle triomphera l’année suivante. Ce relatif ‘’court’’ passage dans ce soap, fût une bonne école aux yeux de l’adolescente qu’elle était alors.

Actrice reconnue auprès de ses pairs et du public américain, Sarah Michelle Gellar peut se lancer dans l’aventure ‘’Buffy contre les vampires’’. Série dérivée d’un film avec Kristen Swanson, qui fût un flop artistique autant que commercial, elle est appelée à un bel avenir durant les sept saisons de son existence (1997-2003). Ce sont ses capacités sportives qui convainquirent Jess Whedon à faire appel à elle : le kickboxing et le street fighting. Une série qui sous couvert de fantastique débuta pourtant sous de mauvais auspices en se révélant une énième série pour ados. Fort heureusement, les scénaristes firent évoluer ‘’Buffy the vampire Slayer’’, en lui conférant de plus en plus de maturité.

La participation à la série n’empêcha pas Sarah de faire ses premiers pas dans le monde du cinéma, auquel elle montre un certain penchant pour le fantastique. Successivement, elle participe à deux slashers : ''Souviens-toi... l'été dernier'', où reine de beauté d’un village de pêcheurs, elle est traquée et mise à mort par un psychopathe ; elle remet ça avec ‘’Scream 2’’ bien que son rôle soit moins important. Qu’importe, la belle y trépasse une seconde fois. En passe de devenir scream queen de la nouvelle génération de l’horreur (à côté de Neve Campbell et Jennifer Love Hewitt), elle décide de varier ses choix. Prouvant qu’elle peut jouer autre chose que les ‘’cruches‘’, elle se révèle convaincante en Kathryn de Merteuil dans la version New-yorkaise des ‘’Liaisons Dangereuses’’. Des ‘’Cruels Intentions’’ rebaptisés vulgairement en France ‘’Sexe Intentions’’. Passée cette relecture réjouissante du livre de chevet de tout libertin qui se respecte, Sarah aborde le film romantique, ‘’Simplement Irrésistible’’, en quête de son prince charmant.

Alternant films grand public (‘’Scooby-Doo 1 & 2’’) et films plus ‘’trashs’’ (‘’Harvard Man’’), Sarah Michelle Gellar n’en oublie pas pour autant sa vie privé en épousant le fadasse Freddie Prinze Jr (rencontré sur ‘’Souviens-toi… l’été dernier’’). Loin d’avoir la grosse tête, elle n’en oublie pas les plus défavorisés (elle aide l’association ‘’Habitat for Humanity’’ qui reloge les plus démunis ; fin 2000 elle a participé à un gala de charité).

Dernièrement, elle est revenue aux films d’épouvante de ses débuts cinématographiques. Elle a ainsi persuadé Sam Raimi de décrocher le rôle principal de ‘’The Grudge’’ à force d’entêtement. Un film au succès fulgurant (plus de 100 millions de $ aux States), qui confirme que malgré l’arrêt de ‘’Buffy’’, elle conserve une popularité intacte. Son prochain film reste dans la veine terrifiante : ‘’Revolver’’ où une jeune femme d’affaire commence à faire des cauchemars sur une femme assassinée 25 ans auparavant. Un bel exemple de carrière, pour celle qui a réussi son passage de la télé au cinéma.

Gérald GIACOMINI



Lionel Colnard