RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Le 27 août 1947 Howard et Marjorie Goldbach ont la joie d’annoncer la naissance de leur premier enfant, la petite Barbara. Celle-ci sera l’aînée de quatre têtes blondes. Rien à signaler au cours de l’enfance de Barbara, ni même lors de son adolescence. Elle est d’une nature plutôt calme et posée. La jeune fille grandit sereinement, et rapidement sa beauté devient évidente, mais comme beaucoup de jeunes filles celle-ci n’en est pas tout à fait consciente.
A l’âge de 19 ans, elle commence à faire quelques photos et c’est au cours de l’année 1966 qu’elle rencontre son futur premier mari : Augusto Gregorini. Cet Italien, de passage à New-York pour voyage d’affaires tombe sous le charme de Barbara, et réciproquement.
Au point que Barbara le suivra jusqu’en Italie par amour. Ils se marient en 1968 et Barbara continue à faire quelques photos et tourne quelques mini-séries pour la TV.
Elle met son premier enfant au monde en 1969, une petite Francesca (devenue actrice elle aussi ).
En 1971, le réalisateur Jacques Deray ("La Piscine" entre autres..) fait appel à elle pour un petit rôle dans un drame intitulé "Un peu de soleil dans l’eau froide".
L’année 1971 lui permet cependant de se faire remarquer, au vu du nombre de films qu’elle tourne cette année-là, principalement des films "de genre" : "Mio padre Monsignore" encore un drame mais historique cette fois-ci, "La Malastrana" (un giallo), et "La tarentule au ventre noir", un de ses tout premier film d’horreur.
En 1972, Barbara met difficilement son deuxième enfant au monde : en effet, le petit Gianni naît avec le cordon ombilical autour du cou et les médecins diagnostiquent une paralysie cérébrale qui verra une amélioration suite à une lourde opération chirurgicale.
Dès lors, Barbara se fait plus discrète, se sépare d’Augusto Gregorini en 1975, et décide de partir pour Los Angeles. La séparation se déroule plutôt bien, l’un et l’autre se partageant la garde des enfants. Leur divorce ne sera prononcé qu’en 1978.
C’est en 1975 que Barbara va tourner son premier film en langue anglaise : "Wolf Larsen", une version de "Croc-Blanc" de Jack London.
Mais c’est l’année de ses 30 ans qu’elle va connaître la consécration mondiale avec son rôle d’Anya Amasova dans "L’espion qui m’aimait" aux côtés de Roger Moore. Elle y joue une James Bond Girl mais avec une particularité : elle est l’équivalent de Bond, une espionne au féminin ! De plus sa silhouette sculpturale et sa beauté irradient les écrans du monde entier.
Elle devient alors un fantasme pour la gent masculine.
Pourtant cette soudaine notoriété n’aura pas une influence suffisante pour que les réalisateurs lui proposent des rôles à sa mesure. Témoins les films qui suivront en 1978/1980, hormis "L’ouragan de Navarone" un film de guerre, elle tourne désormais principalement des films B voire Z ("Le Continent des hommes-poissons", "L’humanoïde", "Le Dieu alligator").
En 1980 elle tourne une comédie préhistorique ("Caveman") aux côtés de l’ex-Beatles Ringo Starr. Ils deviennent amants au cours du tournage et rien ne semble pouvoir les séparer.
En décembre 1980 Barbara et Ringo sont en vacances lorsque Francesca les appelle pour leur annoncer l’assassinat de John Lennon. Ils rentrent aussitôt rejoindre Yoko Ono et Sean Lennon à New-york pour leur apporter leur soutien.
En 1981, "Caveman" le film qui les réunit sort sur les écrans, et le 27 avril de cette année-là, Richard Starkey (alias Ringo Starr) demande Barbara en mariage.
Les noces sont célébrées le 27 avril 1981.
Au cours des années 80 elle tourne entre autres dans un film d’horreur "The Unseen" (1981), "Les secrets de l’invisible" ou bien encore "Broad Street"(1984), un film d’un ami bien connu de son mari, Paul Mac Cartney.
Les années 1980 seront hélas aussi celles de la démesure. Barbara sombre dans l’alcool et la drogue, mais réussit à s’en sortir suite à une cure de désintoxication.
C’est donc une longue parenthèse cinématographique qui se met en place et Barbara reprend des études.
Au cours de l’année 1990 elle décide surtout de s’engager dans les œuvres de charité et notamment pour une Fondation (la R.A.A.) qui vient en aide aux enfants roumains (prévention, éducation..) avec l’appui d’un autre ex-Beatles (!) George Harrison et sa femme Olivia.
En 1993, elle décroche une maîtrise en psychologie. Après 23 ans de mariage son couple tient toujours et Barbara et Ringo font figures d’exemple dans le milieu du show-biz.
Barbara Bach n’est pas une Scream-Queen dans le vrai sens du terme (son crédo n’étant pas spécialement l’organe vocal) mais elle peut tout de même prétendre au statut ne serait-ce que par sa plastique irréprochable et son charme inné.
Une jolie fleur dans une peau de Bach…

Christophe JAKUBOWICZ
Mai 2004.



Lionel Colnard
LUMIèRE SUR