RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Fonction
Acteur

Date de naissance
6 juin 1949

Lieu de naissance
Glendale- Etats-Unis

Filmo

1976:
CROCODILE DE LA MORT - LE
(EATEN ALIVE)


1984:
GRIFFES DE LA NUIT - LES
(A NIGHTMARE ON ELM STREET)


1985:
REVANCHE DE FREDDY - LA
(A NIGHTMARE ON ELM STREET 2 - FREDDY'S REVENGE)


1987:
FREDDY 3 - LES GRIFFES DU CAUCHEMAR
(A NIGHTMARE ON ELM STREET 3 - DREAM WARRIORS)


1989:
CAUCHEMAR DE FREDDY - LE
(A NIGHTMARE ON ELM STREET 4 - THE DREAM MASTER)


1989:
FREDDY 5 - L ENFANT DU CAUCHEMAR
(A NIGHTMARE ON ELM STREET 5 - THE DREAM CHILD)


1991:
FIN DE FREDDY - LA
(A NIGHTMARE ON ELM STREET - FREDDY'S DEAD)


1994:
FREDDY SORT DE LA NUIT
(NEW NIGHTMARE)


1997:
WISHMASTER
(WISHMASTER)


1998:
URBAN LEGEND
(URBAN LEGEND)


2003:
FREDDY CONTRE JASON
(FREDDY VS JASON)


2005:
2001 MANIACS
(2001 MANIACS)


2006:
HEARTSTOPPER
(HEARTSTOPPER)


2006:
BUTCHER
(HATCHET)


2006:
DERRIRE LE MASQUE
(BEHIND THE MASK : THE RISE OF LESLIE VERNON)


2007:
JACK BROOKS : TUEUR DE MONSTRES
(JACK BROOKS : MONSTER SLAYER)


2008:
ZOMBIE STRIPPERS
(ZOMBIE STRIPPERS)


Né le 6 juin 1949, Robert Englund débute sur les planches. Mais bizarrement, il va se rendre célèbre d’abord avec le petit écran (la série ‘’V’’ où il joue un gentil alien) et SURTOUT en interprétant le mythique Freddy Krueger reconnaissable grâce à son pull rayé. Prisonnier de son rôle, l’acteur aura bien du mal à en sortir, revenant dans toutes les séquelles. Outre la série des ‘’Nightmare on Elm Street’’, il se fera une spécialité des films d’horreur (on le retrouve par exemple dans trois films de Tobe Hoopeer : ‘’Le crocodile de la mort’’, ‘’Night Terrors’’, ‘’The Mangler’’), alternant les films à destination du grand écran (‘’Urban Legend’’, ‘’Wishmaster’’) et les direct to video (‘’Python’’). Englund constitue l’archétype de l’acteur dont l’ensemble de sa carrière est consacré à l’horreur même s’il n’y était pas destiné à l’origine. Une seule fois, il est passé derrière la caméra en mettant en scène ‘’976-EVIL’’(1988), expérience qu’il ne renouvellera guère.



Lionel Colnard