RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION

Bonjour Stéphane, à quel âge as-tu vu "The Keep" pour la première fois, et combien de fois l’as-tu revu depuis ? Y a-t-il quelqu’un qui le connaît mieux que toi ?

Je connaissais le livre de Paul Wilson avant le film mais ce dernier a apporté beaucoup d’autres éléments à l’histoire originale, disons que le livre est une montagne dans le genre littérature fantastique et que le film lui aussi est une montagne dans la catégorie filmique. Ils ont tous les deux un potentiel imaginatif très fort. N’oublions pas cependant de rappeler que "La Forteresse Noire" est "basée" sur l’œuvre de Paul Wilson, ce n’est pas une adaptation à la ligne. J’ai donc découvert le film à sa sortie française en mai 1984, j’avais 11 ans. Les photos répandues dans les magazines de l’époque étaient visuellement magnifiques et intrigantes… D’autant plus que ces images ne figurent pas dans le film ! Je ne peux compter le nombre de fois que j’ai visionné le film mais ce n’est certainement pas une fois par jour je vous rassure ! Disons qu’au fil de mes recherches sur le film et les éléments découverts, la vision du film devient "différente", c’est comme un immense "puzzle", on replace les différentes scènes manquantes ou perdues. Le livre de Wilson permettrait à beaucoup de spectateurs de comprendre certains passages tronqués actuels du film. Je n’ai pas rencontré encore quelqu’un qui connaît davantage le film et je ne prétends pas connaître toutes les clefs mais au fil des années, les informations se croisent, se renforcent et appuient un certain point de vue. Le film a rencontré beaucoup de problèmes de production. Ce que vous connaissez actuellement est la partie émergée de l’iceberg "The Keep" ! Par contre, là où je pensais être un peu "seul" par rapport à cette passion, mon site me fait rencontrer d’autres fans mondiaux du film. Cela est très positif puisque l’échange et les conversations sont très riches. Là où réellement je pensais que les fans du film se comptaient sur les doigts d’une main, c’est complètement faux et j’en suis agréablement surpris ! J’ai créé www.the-keep.ath.cx le 13 octobre 2003, au 9 décembre 2004, il y avait 39400 contacts et visiteurs établis. Je reçois un email par jour d’encouragements ou de questionnements sur l’avenir du film en DVD…

Pourquoi cette focalisation sur un film en particulier plutôt qu’un autre ?

Disons qu’il y a beaucoup de choses qui me rapprochent de ce film. J’aimais déjà l’histoire à la base, histoire de "vampire" pendant une période très troublée de l’humanité, la Seconde Guerre mondiale. Michael Mann a essayé de réaliser une histoire plus "large" : là ou "Molasar" était un Christopher Lee vampiresque dans la nouvelle, Mann a voulu donner à "Molasar" une allure plus générale aux multiples références : le Diable, Le Golem, les divinités malfaisantes de l’Antiquité ou égyptiennes. Molasar à l’envers donne "Rasalom", Mann a désiré effectivement faire une fable sur l’humanité plutôt qu’un film de plus sur un "Vampire" en Transylvanie… Je possède deux scripts, le film original est plus complexe que ce qui reste à l’écran, les références aux différentes religions sont évoquées, l’arme de Glaeken n’est pas une épée du Moyen Age (arme de prédilection pour tuer les vampires) mais davantage un sceptre. J’aime l’esthétique du film, j’ai toujours beaucoup apprécié l’expressionnisme allemand tel que dans "Faust", "Le Cabinet du Docteur Caligari" de Lang et bien sûr "Nosferatu" de Murnau. Michael Mann y fait directement référence dès la première scène du film : le passage vers le château de "Nosferatu" où l’image s’inverse a son pendant dans "The Keep", Le Col de Dinu est un passage vers une "autre" dimension, celle des rêves, vaporeux et nébuleux. Le Capitaine Woermann et ses hommes pénètrent hors du temps vers "La Forteresse Noire". Ce que j’apprécie est également la manière de filmer, Mann tourne avec subtilité, il ne prend jamais le spectateur par la main. Ses films sont des paris, celui-ci en était un très grand, au lieu de tourner un film de "La Hammer" de plus, Mann bouleverse les règles établies : musique synthétique presque expérimentale au lieu d’un orchestre symphonique, esthétique de l’image et des décors poussée à l’extrême et étonnamment "clippée", personnages absolument pas manichéens (dans le script original, les personnages sont encore ambigus, tous se servent de l’un ou de l’autre pour assouvir leur but). La chose fondamentale est une attirance toute naturelle pour les différents aspects de Molasar et surtout sa phase finale, sculpturale à souhait regroupant plusieurs références. Ce personnage se rapproche fortement de ma propre pratique "artistique", je suis toujours attiré par les vieilles pierres et les sculptures de l’Antiquité grecque ou romaine. Cela fait partie de ma culture de "l’histoire de l’art". Avant d’être un maquilleur en effets "monstrueux" j’ai reçu un solide cursus en lettre et histoire de l’art. L’aspect de "Molasar" fait référence au Golem (aspect d’une créature déformée et assemblée d’argile ou d’éléments divers, Molasar se construit des corps de ses victimes) ; son allure très "fière" fait écho à l’Art imposé par les allemands pendant la Seconde Guerre mondiale (corps fiers et bustiers, sculptures des corps altiers), aux divinités égyptiennes dont "Thot" ou "Rasalom" (muscles très développés au niveau du cou rappelant les masques égyptiens). Cette dernière approche appuie le fait que Mann ait demandé à Enki Bilal (à l’époque de sa bande dessinée "La Foire des Immortels" et ses divinités d’Egypte illustrées) de dessiner l’aspect final du monstre. Mann lui demandera d’ailleurs clairement que le crâne du monstre rappelle un casque allemand. Je pourrais m’étendre longuement sur beaucoup de points qui font de ce film une perle, un "ovni" dans son genre ! Beaucoup d’artistes très talentueux ont travaillé sur ce film, des artistes que je respecte beaucoup. Je peux même vous affirmer que beaucoup d’autres films se sont largement inspirés des idées de "The Keep" ! Ce dernier pourtant a été enfanté dans la douleur et n’a pas été achevé en son temps. Il est temps que le film brille enfin.

Ton site http://www.the-keep.ath.cx/default.htm comprend analyse, fiche technique, story-board, etc..., ainsi qu’un recueil d’interviews de l’équipe du film. As-tu adressé ce dossier à la Paramount ou envisagé de faire signer une pétition sur Internet, et peut-on considérer ce dossier comme le modèle de ce que devrait être une édition dvd avec bonus ?

Cela fait des années que je tente un "dialogue" avec "Paramount USA" et "Paramount France" pour faire renaître le film sur ce merveilleux média : le DVD. Bien qu’oeuvrant dans l’univers du cinéma, je n’ai jamais reçu une oreille attentive à mon propos. J’ai trouvé que créer un site uniquement consacré à "La Forteresse Noire" me permettrait déjà d’affirmer haut et fort ma position sans doute ni faille. Que ce site serait le meilleur "moyen" de leur montrer mon réel investissement qui reste sérieux, passionné et sincère. Comme je vous le disais, le site m’apporte beaucoup de choses très positives, de nouveaux contacts partout dans le monde de gens également en attente de découvrir ce film. Je suis en contact avec Laurent Bouzereau, qui est également un grand fan du film. Lui aussi aimerait faire quelque chose pour "The Keep", il m’a toujours encouragé et soutenu dans mon projet. Mes contacts par rapport au film lui-même s’agrandissent de manière très heureuse, imaginez que le film a été tourné il y a 22 ans, que le film fut une expérience difficile et pourtant les artistes tels que Nick Maley ( "collègue" maquilleur de "Krull", "Lifeforce", "Star Wars"), Alberta Watson (en plein tournage sur la série "24"), Johannes Schmoelling (membre du groupe Tangerine Dream) Alex Thomson ("Excalibur", "Legend", "Démolition Man"…) me font TOUJOURS l’honneur et la gentillesse de répondre à mes questions…Paramount reste sourd à mes propositions. Réaliser un DVD est une chose facile à faire, reste à savoir si les gens sont motivés ou non pour cela. Si j’avais la possibilité financière de racheter les droits du film, il est clair que le public aurait dans les bacs une "Edition Collector" digne de ce nom. Beaucoup d’internautes me réclament le "DVD privé" exposé sur le site. Ce DVD n’est bien sûr pas à vendre ou à dupliquer. Paramount a effectué il y a 4 ans un nettoyage complet du premier "Star Trek" de Robert Wise, allant jusqu’à achever et améliorer les séquences d’effets spéciaux souhaitées par le réalisateur pour une nouvelle édition DVD… Eh bien, qu’attendent-ils ? Je signe tout de suite pour cette tâche ! La version DVD sur le site pourrait éventuellement pousser le studio à faire mieux. Je reste interrogatif depuis le 30 novembre dernier. Une édition très "pauvre" semblait être prévue pour cette date. Cette information m’était connue depuis février 2003, je n’ai eu de cesse de faire parvenir au studio des arguments liés notamment au succès du site. L’édition de Paramount a été littéralement annulée sans aucune autre date prévue… Le DVD exposé sur le site est la version "prototype" n°1, je possède les prototypes 2 et 3 encore plus classieux je vous l’assure ! L’idée d’un DVD "Prestige" est très claire dans ma tête mais je ne suis qu’un "insecte" pour le studio, je possède de nombreux documents susceptibles d’améliorer et d’informer les spectateurs. Je souhaite vivement collaborer intimement à l’édition du film, c’est un souhait vif mais mesuré. Actuellement encore, je viens de faire parvenir un dossier clair et précis à "Paramount France", vais-je être entendu comme un interlocuteur respecté ? C’est la question… Effectivement, beaucoup d’internautes me demandent une "pétition" sur le site, un "forum" pour parler du film ou même "un livre d’or"… A l’aube du site, jamais je n’aurais pensé à ce positivisme ! "La Forteresse Noire" est bien devenu un "film culte" et Michael Mann a prouvé depuis ce film qu’il est un réalisateur brillant. Raison de plus pour revenir sur cette œuvre.

Michael Mann déclare dans ses interviews que "The Keep" est un conte à élévation morale et spirituelle, et non un mythe. Mais les coupes opérées sur le film, le décès du responsable des effets spéciaux pendant le tournage, etc..., tout cela ne fait-il pas finalement basculer "La Forteresse Noire" dans le mythe du film maudit, justement?

A la base, "The Keep" est une fable sur l’humanité effectivement, les différents scripts appuient complètement cette idée. Sa durée exceptionnelle pour l’époque (1983, les films de Mann sont d’une durée certaine pourtant!) a du effrayer les producteurs, les artistes du film citent en majorité un film d’une durée de 3 heures (chose plausible avec les scripts). Paramount a certainement été inquiet pour son exploitation en salle et surtout son sujet. Ce que je sais c’est que toutes les scènes à effets spéciaux "optiques" (le tournage principal) furent tournées. Le vétéran des effets spéciaux optiques Wally Veevers est malheureusement décédé durant les prises secondaires et le début de la post production. Mann s’est probablement retrouvé avec ses séquences sans effets mais il les a montées avec les moyens du bord, Paramount ne souhaitant peut-être pas engager une nouvelle pointure onéreuse en effets optiques. Dans mes scripts figurent la notification des effets optiques ; il y en a effectivement un certain nombre surtout pour les scènes finales. "Molasar" ne devait pas être aussi "brut" et si "réel" mais bien plus "magique" et "irréel", quasiment demi-solide… Paramount a dépossédé le réalisateur du "final cut" et exigé un film d’une durée "standard" de 1h30. Il est curieux de penser que plusieurs versions différentes existent selon les pays. Je vous prends l’exemple USA/France en salle, le montage sonore en France est plus long. A l’inverse le montage des télévisions américaines est étrange : je possède une version avec une portion de la fin originale mais 4 séquences (existantes dans le montage cinéma français) ont disparu ! Ce qui rend la compréhension du film presque impossible ! Film maudit très certainement dans la mesure où Michael Mann n’a pas eu le contrôle complet sur son travail. Les critiques à l’époque furent d’une cruauté et d’une violence immense envers Mann qui s’est battu pendant plus d’un an pour faire aboutir ses idées. On lui reprocha d’être "le" seul fautif… Pour avoir eu la chance et la tentative de parler directement à Michael Mann il y a peu, je pense sincèrement que ce passage de sa vie l’a beaucoup marqué et affecté. Je me suis présenté à ce grand réalisateur, il connaît à présent l’existence du site et de la motivation qui m’anime, je ne peux faire actuellement mieux. Mann n’a pas dit "oui" mais il n’a pas dit "non" non plus… Il faut espérer qu’il désire un jour reprendre de lui-même "The Keep". Mann n’a qu’à lever le petit doigt, je quitte la France sur le champ ! Le profil de "film maudit" ou à "problèmes" me fait beaucoup penser aux déboires de John MC Tiernan sur "Le 13ème Guerrier"…

Ne crains-tu pas d’être déçu par une éventuelle version intégrale ? Comment peut-on être sûr qu’elle sera bonne ?

Bonne ou pas n’est pas vraiment la réponse… la version longue est en fait la version d’origine, très certainement beaucoup plus étoffée sur beaucoup de plans. Un nombre conséquent d’actions actuelles sont trop rapides. Les personnages y gagneront en ambiguïté et fascination. Le personnage de Glaeken apparaîtra moins lisse mais comme "Molasar", manipulant son entourage et n’hésitant pas à assassiner pour survivre également. Le temps est également un élément important du film, en 1h30, il est difficile d’appréhender "le mal" qui commence à fuir de la forteresse et se répandre dans le village, affectant les villageois. Les scènes finales seront elles aussi plus crédibles et cohérentes : une réelle confrontation entre deux entités surnaturelles. Il ne peut absolument pas y avoir déception mais bien découverte. Et puis, le fait de discuter avec les vrais artistes du film me contant certaines séquences, cela donne clairement envie de les découvrir ! Je suis en contact très amical avec Paul Wilson, il faut savoir qu’il détestait la version sortie en 1984. Il n’a connu que celle-ci et vis-à-vis de ma démarche il aurait pu légitimement me renvoyer une fin de non recevoir. Ce ne fut pas le cas, Mr Wilson reste ouvert aux suggestions et le fait d’avoir créé le site a permis à beaucoup de gens de découvrir qu’un "autre" film existe… Que les grandes lignes de son œuvre font écho dans le film. Le visuel en outre, c’est autre chose. On peut être d’accord avec "Molasar" ou non. Paul Wilson souhaite autant que moi découvrir le film dans son intégralité.

Tu es spécialiste en effets spéciaux et en maquillage, et ton site contient un lien vers http://www.lunerouge.org/spip/article.php3?id_article=260 où les internautes peuvent découvrir ton travail. Pourra-t-on bientôt voir tes créations pures, et quelles sont les œuvres sur lesquelles tu as exercé tes talents ?

Je vous rassure, des créations "pures" j’en possède beaucoup mais elles sont toutes "déposées"… Le fait de les exposer sur Internet me pose donc un problème. Certains de mes contrats stipulent un silence total sur les créations effectuées. C’est le cas notamment pour une célèbre souris américaine, designs et personnages en "spectacles" et "thématiques". J’expose rarement les effets "sanglants" des courts métrages, c’est du simple make up. Je préfère le côté "créatures"… Et puis il y a deux univers possibles, les effets spéciaux et l’art contemporain composé d’une pratique artistique aucunement en relation avec la première. "Lune Rouge" expose les commandes ou les avant-premières de films, festivals, événements et expositions ou autres… Des effets connus dont le challenge de la réalisation est fort intéressant. En dehors de ce domaine particulier, existent également l’écriture et les projets de courts et de longs métrages complètement storyboardés avec dessins de pré productions, costumes, décors… Ces projets sont importants mais vous devez penser que quand vous commencez dans un domaine, vous êtes rapidement "catalogué" dans celui-ci. Non, je ne fais pas que des réalisations irréelles ou étranges…

Tu es également enseignant des arts plastiques et du dessin, et j’imagine que tes élèves ont entendu parler de "La Forteresse Noire" ! Quelle est leur réception du film, et les incites-tu à explorer le continent fantastique ?

Il m’arrive effectivement d’intervenir dans le cadre d’activités manuelles, pour expliquer mon travail et donner une approche abordable de techniques. Les élèves de cette génération ne connaissent pas vraiment la période faste des films des années 80. Je ne démarre aucunement avec "La Forteresse Noire" pour un cours ou une intervention car à leur niveau c’est un film et un sujet "difficiles". Une génération télé/vidéo/jeux vidéos/internet qui reçoit une multitude d’images dans les yeux, les comprennent-ils pour autant ? Peut-être pas forcément et c’est bien là que j’interviens dans mon discours. Les images actuelles sont saturées d’effets spéciaux, de montages et de transformations. La réalité n’est sans doute pas dans ces images. Je prends parfois un exemple avec un reportage télévisuel sur le même sujet mais monté différemment, le sens est alors complètement inversé. Le pouvoir d’une image est donc important, la manière dont elle est présentée également. Il faut garder un esprit critique et garder un certain recul vis-à-vis de toutes ces images. C’est plutôt vers ce genre thématique que mes interventions portent leurs fruits. Si j’aborde le fantastique, je l’aborde avant tout avec de bons exemples. Une image doit véhiculer un message, donner du sens. Le fantastique est une métaphore et une exagération de la réalité. Si c’est pour parler d’un monstre qui se déplace en ville et qui assassine sans raison, cela n’a pas d’intérêt. Par contre aborder une lecture de "Alien" de Ridley Scott ou "La Mouche" de David Cronenberg symbolisant un cancer ou un sida rongeant un corps et organisme (les passagers du Nostromo sont des cellules détruites une à une par un dragon des temps modernes, Ripley avec son armure blanche éjectera le mal en dehors de son corps/vaisseau technologique) c’est intéressant. Je pourrais aborder "La Forteresse Noire" à juste titre pour sa grande force sur la notion du mal mais je ne pense pas que dans sa version actuelle, compte tenu des coupes monstrueuses, le film soit accueilli positivement. Pour les élèves, le fantastique est une excellente manière de développer leurs sens créatifs et leurs fantaisies. En tant qu’adolescents, ils se cachent souvent dans cet univers où "tout" est possible : monde idéal, super pouvoirs, échappatoire de la réalité. Le fantastique permet d’échapper à une certaine réalité en créant de nouveaux mondes. Actuellement, ils sont très ouverts à ces nouvelles réalités, les succès du "Seigneur des Anneaux" ou de "Harry Potter" instaurent une nouvelle ère pour l’imagination. L’histoire de l’art du reste, est fantastique ! La mythologie grecque et romaine, le surréalisme, l’expressionnisme, etc… Mais il est clair que j’aime assez créer un lien entre les élèves et les effets spéciaux. Ils aiment beaucoup voir et toucher en vrai les personnages qu’ils affectionnent…

Que penses-tu du site Horreur.com ?

C’est un site fort intéressant, je l’ai d’ailleurs découvert en cherchant sur "The Keep" ! Vous revenez sur certains grands films et classiques un peu oubliés aujourd’hui. La parole est donnée à tous ce qui est une bonne chose également. Vous restez clairement dans le fantastique, le site est de lecture simple et visiblement il change d’allure souvent… On sent assez vite qu’il est construit par des passionnés, c’est ce qu’il y a de mieux non ? Essayer de faire ce que l’on aime… Et en plus il y a une section "musicale", la musique c’est 50% du fantastique! Et que de créations en musiques de films ! Ecouter un Christopher Young, Trevor Jones, Basil Poledouris, Goblin, et bien sûr Tangerine Dream de bon matin vous donne rapidement des idées créatives ! Que demander de plus ? A quand la version en kiosque ?

Merci d’avoir répondu à ces questions, Stéphane ! Merci à vous de vous êtes intéressés à www.the-keep.ath.cx et cette passion pour la création fantastique ! C’est le seul "pouvoir" que je détiens actuellement pour tenter de faire renaître "La Forteresse Noire" de ses cendres… Merci à vous de m’avoir permis de m’exprimer, excellente continuation à vous !

Salutations amicales ! Stéphane Piter.

Interview réalisée par Stéphane Jolivet, le 04/02/05.



Lionel Colnard